L'intelligence artificielle à Montréal - Entrevue avec un chercheur du MILA

L’intelligence artificielle à Montréal

Montréal semblerait devenir le pôle de la révolution de l’intelligence artificielle. En 2017, plus d’un milliard de dollars ont été investis dans ce secteur de développement technologique. Ce qu’on y fait aura, dans quelques années, une influence importante sur le quotidien de millions de personnes à travers le monde. C’est donc à Montréal que se prépare l’avenir des technologies.

Dmitriy Serdyuk est doctorant à MILA (Montreal Institut of Learning Algorithms) et assistant de recherche à Element AI, qui se spécialise dans les produits de l’intelligence artificielle afin d’accélérer la transformation numérique des moyennes et grandes entreprises dans les secteurs de la fiance, l’assurance et la logistique du transport. Les deux dernières recherches de ce spécialiste sont un ajout important au développement de la technologie des commandes vocales et de l’anticipation du futur par les logiciels intelligents. Selon lui, peut-être d’ici 50 ans, nous pourrions nous attendre à avoir une intelligence artificielle très développée qui pourra sûrement rivaliser avec le cerveau humain.

Notez que cette entrevue présente l’opinion personnelle de Dmitriy Serdyuk et non le point de vue de Element AI et de MILA.

Qu’est-ce que Montréal a pour l’industrie de l’intelligence artificielle que les autres villes n’ont pas ?

Montréal a un écosystème où l’on retrouve beaucoup de professeurs et d’étudiants. Aussi, il y a les laboratoires de recherche de Montréal qui se dédient à l’apprentissage automatique, et l’autre point important est que l’écosystème de Montréal est ouvert aux discussions. Ainsi, les chercheurs et les représentants de plusieurs industries se rencontrent fréquemment dans des colloques, des symposiums, comme ce fut le cas de la conférence NIPS 2018 à Montréal, en décembre dernier. Donc, il y a une interconnectivité qui nous rassemble à Montréal.

Après votre dernier article Towars End-to-end Spoken Language Understanding, pourriez-vous l’expliquer en détail ?

Mon dernier article est Towars End-to-end Spoken Language Understanding qui explore l’idée de combiner deux différentes étapes pour la compréhension du langage. Alors, quand nous demandons quelque chose à Google Assistance sur notre téléphone, par exemple : « Ok Google, ouvre Spotify », le dispositif écrit ce que vous dites sur votre écran et, par la suite, essaye de décoder le texte pour ensuite réaliser la commande. J’ai donc essayé de combiner et de simplifier la procédure, et l’une des raisons principales est que lorsque vous avez une procédure multiple, des erreurs peuvent survenir à chaque étape et s’accumuler. Par exemple : vous lui demander d’ouvrir une page Spotify, mais en le retranscrivant il comprend autre chose, et ouvre une page YouTube. Ce dernier travail de recherche vient simplifier le tout en éliminant une étape, soit l’écriture de la commande. Donc, Google Assistance, par exemple, écoutera et agira plus rapidement sans avoir à retranscrire ce qui est dit.

Comment est-ce que vos recherches s’appliquent-elles dans la vie de tous les jours?

C’est utile pour l’assistance automatique et la transcription de texte. Par exemple, quand quelqu’un fait une entrevue, vous avez alors besoin de la retranscrire à la main, alors que vous pourriez utiliser le système de reconnaissance de texte qui sera en mesure de tout retranscrire automatiquement. Le but ultime serait d’avoir une assistance intelligente qui serait capable d’interagir avec les gens.

Quels sont les différents domaines étudiés au MILA ?

Il y a des domaines tels que la vision, l’apprentissage par renforcement, les études sur la formation de logiciel dans l’environnement de l’intelligence artificielle et l’imagerie médicale. Aussi, il y a un peu de recherche sur la robotique, la langue naturelle qui inclut la traduction automatique, ainsi que la synthèse ou le résumé rapide de texte, et c’est pas mal tout.

Avec toutes ces recherches pour le développement des technologies propulsées par l’intelligence artificielle, y a-t-il des domaines moins étudiés ou même délaissés par les chercheurs par simple manque de popularité ?

Je dirais que mon domaine d’expertise, l’audio, est le domaine le moins populaire, comparé à d’autres comme la vision ou le traitement du langage naturel. C’est comme une « tendance mode » qui revient et s’en va, parce que c’était populaire en 2012, et, maintenant, sa popularité est très en baisse. Donc, probablement que dans l’avenir sa popularité va augmenter. Le domaine le plus populaire, en ce moment, est peut-être la vision, qui permet à l’intelligence de comprendre ce qui peut être dessiné ou écrit.

La start up Lyrebird qui est spécialisée dans la copie de voix de gens a lancé une publicité incroyable où elle a copié la voix de Barack Obama pour lui faire dire ce qu’elle voulait dans une courte vidéo. Expliquez-moi les aspects positifs et aussi négatifs de la création de ce genre de dispositifs vocaux ?

N’importe qui pourrait faire la même chose chez soi avec beaucoup de calculs et un peu de travail d’ingénierie. Cependant, vous devez avoir de l’argent pour ça, et des compétences, mais c’est possible. Il faut montrer au public que c’est possible parce que c’est déjà arrivé. Lorsque les gens ont compris qu’on peut modifier des photos avec Photoshop, ils sont devenus plus conscients des fausses photos, comme ils le seront avec des fausses voix.

Ces nouvelles technologies sont-elles les nouveaux esclaves du futur ?

Je pense que nous sommes encore très loin d’avoir une intelligence artificielle forte. Donc, il y a une catégorisation qui définit l’intelligence artificielle forte et faible. Par exemple, une intelligence artificielle faible va résoudre une tâche particulière et avoir une très bonne note, et ce, dans un contexte où le logiciel serait en mesure de faire un travail spécifique comme retranscrire un texte, traduire, reconnaitre des visages ou reconnaitre des voix. Malgré son expertise, il ne peut pas penser comme un humain et s’adapter rapidement à d’autres environnements que celle lui ayant été inculquée. En ce moment, des chercheurs tentent d’apprendre à ce logiciel à s’adapter aux divers environnements. Par exemple, les humains peuvent apprendre dans une classe et appliquer leurs connaissances dans d’autres milieux de leur quotidien, comme lorsqu’ils écrivent à l’extérieur de ce qui est demandé par l’école. Pour le moment, nous avons un logiciel faible. Dans le cas que tu soulèves, tu parles d’une intelligence artificielle forte, comme ce que l’on peut voir dans le film de science-fiction Terminator. Un logiciel pouvant agir, comprendre et exécuter des tâches comme le feraient des humains arrivera peut-être d’ici 50 ans. Je pense que nous avons du temps pour nous adapter.

À quoi devons-nous attendre dans les prochaines années pour l’intelligence artificielle ?

Je pense que dans deux ans, la prochaine étape de l’intelligence artificielle sera de comprendre les causes et effets de différentes actions, parce que, maintenant, nous pensons fortement que le système ne les distingue pas. Une autre étape serait de faire apprendre et agir le logiciel dans l’environnement. Par exemple, il serait possible de faire de simples robots qui seraient en mesure d’apporter votre bière ou votre café. Donc, cela implique l’apprentissage de la navigation dans la pièce, la manipulation simple d’objets de tous les jours et la compréhension de commentaires simples. Ces trois tâches ne sont pas parfaites encore, et nous devons travailler à pouvoir les combiner d’une bonne manière.


par Jeanne Brière, rédactrice du ComMédia

Les fascinants attraits des partis d’opposition au Québec

Les fascinants attraits des partis d’opposition au Québec

Par Anaïs Pijet Villeneuve, rédactrice du ComMédia

Le Québec est une province canadienne fascinante au niveau des partis politiques provinciaux. Je vous explique.

Les partis d’opposition et le Parti libéral

On est en 1867, l’année de naissance de la Confédération canadienne. Les Pères de la Confédération se sont entendus pour que le Canada soit une fédération formée des colonies de l’Amérique du Nord britannique. C’est ainsi que quatre provinces se sont unies : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, le Québec et l’Ontario. Chacune aurait deux paliers de gouvernement, une au fédéral et une au provincial. John A. Macdonald, le premier premier ministre du Canada, et l’un des Pères de la Confédération, était contre cette idée. Le fédéralisme était un énorme compromis de sa part car il désirait un état unitaire.. Mais Macdonald, Il est smat, comme disait ma grand-mère. Oui, il a accepté la fédération, mais il a pris des mesures pour rendre le Canada très centralisateur. Que ce soit avec la Constitution, la Loi de 1867, ou encore avec les partis provinciaux.

John A. Macdonald sur un ancien billet de 10$

John A. Macdonald sur un ancien billet de 10$

À la naissance de la Confédération canadienne, il y avait deux partis principaux au fédéral. Le Parti libéral et le Parti conservateur, partis qui ont encore toute leur importance aujourd’hui. Les partis provinciaux étaient des extensions de ces partis fédéraux. Si vous vous penchez un peu sur les autres provinces, vous verrez que les « Partis libéraux » et les « Partis conservateurs » sont des partis provinciaux qui existent encore.
Vous serez peut-être surpris, mais le Québec a eu son propre Parti conservateur au provincial. Celui-ci a été démantelé en 1935 avec la crise de la conscription. Le Québec a aussi son Parti libéral provincial (PLQ) qui existe encore aujourd’hui.

En 1955, le Parti libéral du Canada et celui du Québec se sont séparés comme deux entités distinctes. Le PLQ, c’est le parti qui rendait jusqu’à tout récemment la politique québécoise aussi fascinante. Tous les partis d’opposition découlent du Parti libéral, comme le prouve ce magnifique schéma venant de Wikipédia.


Schéma des partis politiques du Québec et leurs liens.

On pourra noter que certains partis tels que l’Union national ou la Coalition avenir Québec ne découlent pas directement du Parti libéral. Toutefois, ils sont respectivement le fruit de l’Action libérale nationale et de l’Action démocratique du Québec (ADQ), deux partis qui découlent du Parti libéral. Reste que ce lien avec le Parti libéral, de partis d’opposition tels que l’Union nationale, l’ADQ ou le PQ, m’a un peu surprise. Normalement, ils aiment bien se haïr.

Qui m’a dispensé cet enseignement fascinant quant à la politique provinciale québécoise? La réponse risque de vous surprendre. C’est Tom Mulcaire. Il était invité à un cours de politique canadienne et québécoise à l'UdeM (Pol1020). Il répondait à une question d’un étudiant : « Pourquoi aller au PLQ, qui est de droite au provincial, et devenir chef du NPD, un parti de gauche au fédéral? ».

Il faut l’admettre, c’est une question super pertinente. Et sa réponse m’a fait remuer les méninges : « Tous les partis d’opposition au Québec viennent du PLQ. Celui du moment est le Parti Québécois, qui est souverainiste : chose que je ne suis pas. ». Il a par la suite énuméré tous ces partis d’opposition et leurs chefs qui étaient d'anciens membres du Parti libéral. Néanmoins, on doit tout de même admettre que Québec solidaire, et jusqu'à un certain point la Coalition avenir Québec, ne sont pas issus directement du PLQ.

Des partis générationnels 

Je me suis un peu penché sur ce sujet; les partis d’opposition au Québec. Outre le fait qu’ils sont le produit d’ex-libéraux déchus, ces partis ont une autre caractéristique digne de mention : ce sont des partis générationnels; des partis répondant à une problématique générationnelle et qui disparaît avec cette génération.

Les politologues Valérie-Anne Mahéo et Éric Bélanger relèvent cette dynamique générationnelle au Parti Québécois et à Québec solidaire dans l’une de leurs recherches. Selon eux, QS est à notre génération (les milléniaux), ce qu’est le Parti Québecois aux Baby boomers. Puisque les Baby boomers sont de moins en moins la génération la plus active, cela va de même pour leur parti (voir tableau). Le plus récent débat à l’intérieur du PQ porte sur le ratio de délégués en bas de 40 ans qu’il doit y avoir pour leurs congrès de novembre. C’est la preuve qu’il y a un réel débat générationnel à l’intérieur du PQ.

Votes selon les générations pour les élections provinciales de 2014 selon l’étude de Mahéo et Bélanger.

Québec solidaire, c’est le parti des jeunes. Le Directeur général des élections du Québec a fait une simulation électorale auprès de 819 écoles de la province en 2018. Résultat : Québec solidaire a un gouvernement minoritaire. 
Mais au risque de faire l'avocat du diable, c’est seulement 26% des votes totaux pour la simulation, ça reste peu. Jean-François Lisée disait qu’il faut viser les 35% pour être majoritaire. On en est loin. De plus, pour reprendre les mots de George Bernard Shaw : « Celui qui n’est pas communiste à vingt ans n’a pas de cœur; celui qui l’est encore à quarante ans n’a pas de tête ». Jusqu’à quel point cela est vrai? Les 26% voteront-ils encore pour QS à quarante ans?

QS et la CAQ : des partis générationnels qui ne viennent pas des libéraux

Un dernier point sur lequel j’aimerais revenir est le fait que QS, et d’une certaine manière la CAQ, sont des exceptions quant au fait qu’ils ne proviennent pas du Parti libéral du Québec. La CAQ a été fondée par un ancien ministre péquiste, François Legault. QS est né de la convergence de l’Union des forces progressistes. En gros, c’est le fruit des courants socialistes au Québec qui n'a aucun lien avec le PLQ.

On peut se poser des questions sur ce que cela signifie. La CAQ et QS sont respectivement le parti majoritaire au pouvoir et la deuxième opposition officielle. Pour la première fois de l’histoire du Québec on a des partis qui ne proviennent techniquement pas du PLQ. Qu’est-ce que ce changement veut dire pour la politique québécoise? Est-ce un signe de changement politique important? Au risque de paraître un peu clichée : seul l’avenir nous le dira! Plus précisément, les prochaines élections provinciales.

On sait qu’à celles de 2018, le Parti libéral, avec 24% des votes, a obtenu le score le plus bas de son histoire. Québec solidaire a, au contraire, eu le plus haut score de son histoire en atteignant les 16%. Mais les sondages ne leur donnent jamais plus que 15%-20% d’intentions de vote. Réussiront-ils à aller au-delà de ce chiffre? Qu’adviendra-t-il de la CAQ? Restera-t-elle majoritaire? Et si elle perd, ce sera au détriment de quel parti? Et le PQ, c’est fini? Ou ils vont renaître de leurs cendres comme le prétend Jean-François Lisée dans son nouveau livre?

Je pense honnêtement qu’on est dans une nouvelle phase politique au Québec. Et comme toute phase politique, cela va redéfinir le Québec. On est plus vraiment dans un bipartisme (PQ vs PLQ), mais un tripartisme, voire un quadripartisme. L’écologie est un enjeu important comme jamais…
Bref, c’est un moment très excitant.

A.P. Villeneuve

BIBLIOGRAPHIE

Les partis d’opposition et le parti libéral

Pour en savoir plus :
Réjean Pelletier et Manon Tremblay, Le parlementarisme canadien, 6e édition, Presses de l’Université Laval, 2017. – Chapitre 1

Images – billet de 10$ avec Macdonald :
https://www.banqueducanada.ca/billets/series-de-billets-de-banque/frontieres/billet-en-polymere-coupure-de-10/

Schéma du lien entre les partis d’opposition et le Parti Libéral :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_politique_du_Qu%C3%A9bec


Des partis générationnels :

Étude de Valérie-Anne Mahéo et Éric Bélanger :
Is the Parti Québécois Bound to Disappear? A Study of the Current Generational Dynamics of Electoral Behaviour in Quebec.
Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique 51:2 (June / juin 2018) 335–356
Votes selon les générations pour les élections provinciales de 2014 : schéma p. 12

Simulation électorale 2018 :
https://www.journaldemontreal.com/2018/10/03/les-jeunes-auraient-elu-quebec-solidaire

Jean-françois Lisée viser 35%:
Qui veut la peau du Parti Québécois? Édition la Boite à Lisée, 2019, p.17

Citation George Bernard Shaw :
https://citations.ouest-france.fr/citation-george-bernard-shaw/celui-communiste-vingt-ans-coeur-107699.html


QS et la CAQ; des partis générationnels qui ne viennent pas des libéraux

François Legault ex-Péquiste :
http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/biographies/1190.html

QS né de la convergence de l’Union des Forces progressistes :
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/294290/quebec-solidaire

Le PLQ a 24% aux élections 2018 :
https://www.ledevoir.com/politique/quebec/538387/les-liberaux-constatent-les-degats

QS coincé à 15% d’intentions de vote :
https://www.journaldemontreal.com/2019/03/16/les-vieux-partis-seffondrent

Le livre de Jean-François Lisée :
Qui veut la peau du Parti Québécois? Édition la Boite à Lisée, 2019, (voir p. 216)

L’enjeu de l’écologie aux élections 2018 :
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/534870/elections-2018-une-election-charniere



François Legault avait un ami qui s’appelait Éducation / Analyse

Radio-Canada l’annonçait il y a tout juste une semaine : jusqu’à 40% des enseignants de la Commission scolaire de Laval (CSDL) n’ont pas de suppléant. Alors qu’il se situait d’abord au centre du renouveau promis par la Coalition Avenir Québec ( CAQ ), le secteur de l’éducation pourrait très bien finir par trahir les intérêts du parti.


Le directeur de l’école primaire Saint-Norbert, à Laval, Frédéric Girard, rapportait ces propos, lundi dernier : « Toutes les semaines, c’est quand même fréquent. C'est préoccupant quand on arrive le matin. Il manque deux, trois ou quatre personnes. Hier, il manquait deux enseignantes dans leur classe ». À la CSDL, ce sont 1635 cas d’enseignants sans remplaçants qui sont survenus durant l’année scolaire actuelle. Le seuil minimal précédent de 30 crédits a même été abaissé à 15, afin d’attirer davantage de suppléants. L’enjeu, c’est que le problème ne concerne pas que Laval : l’ensemble des écoles primaires du Québec manque de main-d’œuvre. Peu de gens s’orientent vers ce domaine à l’université et une personne sur quatre quitte le métier durant les sept premières années en poste. Les enseignants actuels sont surchargés de travail (en remplaçant eux-mêmes leurs collègues), et cette situation les pousse justement à éviter à leur tour toute absence que ce soit, même justifiée.

C’est pourtant dans ces écoles primaires que François Legault veut instaurer la maternelle quatre ans, sur l’ensemble du territoire québécois. Durant la dernière campagne électorale, il en faisait l’une de ses promesses phares, jusqu’à dire qu’il démissionnerait advenant qu’elle ne soit pas respectée. Il n’y a pas plus tard qu’un mois, divers organisations et partis politiques de l’Assemblée nationale exhortaient le gouvernement à se rétracter. Selon le Conseil québécois des services éducatifs de la petite enfance (CQSEPE) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), les services de garde éducatifs remplissent déjà tous les besoins des enfants de quatre ans. François Legault a comme objectif de repérer les troubles d’apprentissages le plus tôt possible. Mais pour Francine Lessard, directrice du CQSEPE, les services de garde éducatifs répondent à cette même mission, ce qui fait paraître la maternelle quatre ans inutile : « On fait du dépistage précoce une réalité quotidienne dans les services éducatifs. Il y a de l'observation qui est faite tous les jours, il y a des contacts avec les parents tous les jours ». Les partis d'opposition dénoncent essentiellement un projet qui n’est pas faisable, d’après eux, et qui manque de réalisme… Ils assurent le gouvernement qu’ils ne l’attaqueraient pas pour avoir renoncé à cette promesse.

Ce que ce regroupement d’organisations et de partis visait n’était pas tant de voir le gouvernement tout laisser tomber, que d’encourager une plus grande ouverture aux débats et aux consultations avec les travailleurs du secteur. Jusqu’à maintenant, Legault est resté cambré sur sa position.

Le ministère de l’Éducation au Québec est loin d’être une mince affaire. L’unanimité y est rare, beaucoup de désaccords s’y succèdent ou surviennent en même temps. Depuis 1960, en plein cœur de la Révolution tranquille, les mouvements étudiants québécois se sont fait entendre. Leurs revendications ont surtout attrait à l’accès à l’éducation, aux droits de scolarité, au régime des prêts et bourses et à la gratuité scolaire. Des mouvements importants ont eu lieu en 1968, 1974, 1978, 1986, 1988, 1990, 1996 et en 2005. En 2008, une rumeur persistait déjà depuis quelques années, soit que la réforme grammaticale qu'apprenaient les enfants à l’école facilitait trop l’apprentissage de la langue, que l’éducation québécoise du système public était de moindre qualité. Bon nombre de parents optaient ainsi pour le réseau privé lorsque leurs enfants commençaient le secondaire. En 2012, la grève étudiante a bien sûr marqué les esprits. Le mouvement a finalement atteint son objectif en bloquant la hausse des faits de scolarités à la hauteur de 1465 $, en date de l’année 2017. Quoi qu’il en soit, cette grève a aussi pris les formes d’une critique acerbe du gouvernement Charest, et a été un enjeu électoral important de 2012 au provincial. Pauline Marois, qui a remporté ces élections, a participé aux manifestations étudiantes (une image d’elle, en train de frapper des casseroles, est vite devenue populaire). Elle-même, et plusieurs personnalités québécoises ont même arboré le fameux carré rouge en gage de soutien aux étudiants. En 2017, 2018 et 2019, les grèves pour la rémunération des stages ont été fréquentes, avec des milliers d’étudiants. En 2019, il est également question de cette « crise » en éducation : taux de décrochage scolaire élevé, analphabétisme, écoles en miettes, des enseignants à bout, la rétention difficile des nouvelles recrues dans la profession…

Première grève étudiante au Québec, 1958

Première grève étudiante au Québec, 1958

Bref, à bien des égards, le système d’éducation québécois semble parfois aussi mal en point que le système de santé. C’est du moins l’impression laissée, et par les médias, et par les acteurs et manifestants du milieu de l’éducation. François Legault a été ministre de l’Éducation et de la Jeunesse sous le gouvernement de Lucien Bouchard. Il présente sans cesse la Coalition Avenir Québec telle que le parti du renouveau. En ce sens, il a sans doute été judicieux de sa part de présenter son parti comme le remède aux difficultés en éducation, en plus d’en faire le terrain de ses engagements prioritaires. Bernard Landry l’a également nommé ministre de la Santé à l’époque, et la CAQ accorde évidemment une bonne partie de son attention à contrer les déboires du système de santé. Le nouveau gouvernement, en s’attaquant aux enjeux cruciaux de l’éducation, peut cependant parvenir à se démarquer. Du même coup, il prend ses distances du gouffre sans fin que représente le milieu de la santé, ainsi que du précédent gouvernement libéral (pointé du doigt comme le « gouvernement des docteurs »). Par exemple, Legault, en campagne électorale, voulait geler les hausses de rémunération des médecins spécialistes qu’avaient prévues les libéraux au pouvoir. Une façon efficace de se faire valoir en tant que nouvelle solution.

Fatima Houda-Pepin a écrit dans sa chronique d’il y a trois jours, intitulée « L’éducation comme priorité nationale », que monsieur Legault semble sincère dans sa volonté de réformer le milieu de l’éducation québécoise. Elle a mis en cause le « malaise » du premier ministre face à des questions comme le décrochage scolaire. D’autres iraient prétendre que cet intérêt du chef caquiste n’est rien d’autre qu’une façade. C’est que dans les premiers mois suivants sa victoire, sa formation a semblé se concentrer sur trois autres enjeux. Il y a eu le débat sur le port des signes religieux par les employés de l’État en position d’autorité, le troisième lien entre Québec et Lévis, ainsi que l’interdiction de consommer du cannabis pour les jeunes en bas de 21 ans. Car, dans les faits, la CAQ doit faire ses preuves à plusieurs niveaux si elle espère retaper le système de l’éducation. Ludvic Moquin-Beaudry, chroniqueur à plusieurs médias, dont le ricochet, et enseignant au collégial, en liste un certain nombre. Pour commencer, le gouvernement devra développer des incitatifs intéressants s’il veut contrer le taux alarmant d’abandon du métier par les jeunes enseignants. Ensuite, même si le projet de la maternelle quatre ans se concrétise bel et bien, davantage de professionnels devront être engagés pour traiter les enfants diagnostiqués avec un trouble de l’apprentissage. Aussi, beaucoup d’établissements scolaires doivent être entretenus, au niveau de la structure et pour la qualité de l’air. Enfin, plus d’écoles devront être construites, et avec plus de matériel, parce que les établissements du secondaire recevront à peu près 60 000 élèves supplémentaires au cours des années à venir.

Le budget de 2019 a récemment été détaillé, mais les doutes persistent quant aux intentions du gouvernement et à ce qu’il pourra réaliser en éducation. Ce dernier secteur fait partie des priorités du nouveau budget provincial ; c’est toutefois l’économie qui en ressort la grande gagnante. L’éducation et la santé paraissent dans l’ensemble satisfaites des moyens prévus par la CAQ, bien qu’elles auraient souhaité certaines sommes supplémentaires. En éducation, l’argent réservé aux infrastructures, au matériel, aux classes spécialisées et aux sorties parascolaires pourrait peut-être bien changer la donne. L’équivalent de 600 nouveaux professionnels est également prévu… Legault apparaîtrait en héros. En harmonie avec l’onglet « priorités » du site web du gouvernement, intitulé l’ « Audace d’agir : l’éducation, l’économie et la santé ». L’ordre tient assez bien la route pour l’instant, il devra faire attention à ne pas s’en éloigner.

Même si le budget provincial de 2019 semble assez bien reçu dans l’ensemble, et qu’il fournit une bonne partie des ressources demandées en éducation, il reste un revers à la médaille. En gros, François Legault a les ressources et la position pour en effet se démarquer et soigner l’éducation au Québec. Maintenant… Le plus difficile est à faire. Comme ce fut mentionné plus tôt, les défis semblent nombreux. En ce qui concerne l’historique du milieu : rien de bien encourageant. Quoi qu’il en advienne, les dés sont définitivement lancés. Malgré les doutes persistants, et qui pourraient lui nuire à plus ou moins long terme si les représentants de l’éducation s’impatientent, le gouvernement a en quelque sorte officialisé sa volonté de ressusciter le système éducatif en lui réservant une belle tranche de son budget.  Il y a tant de choses à corriger en éducation qu’il serait sans doute impossible de tout réaliser en un seul mandat, et encore moins évident de satisfaire tout le monde. Cela n'apaisera pas la gronde « éducationnelle » pour autant, déjà sous tension depuis les importantes coupures du précédent gouvernement Couillard.


Suivant cette logique, l’essentiel pour Legault est de prioriser les besoins les plus criants, ceux-là mêmes qui pourraient de toute façon lui valoir plus de votes aux prochaines élections. Qu’arrivera-t-il, alors, si le premier ministre injecte la majeure portion de l’argent destinée aux infrastructures dans la mise en place du programme de maternelle 4 ans? Il est quand même question d’un montant de 20,3 milliards de dollars sur dix ans… Et surtout d’une promesse électorale réfutée par bien des gens, en particulier par ceux qui devront l’appliquer de manière concrète. Enfin, il est évident que plus le montant d’argent est élevé, plus le gouvernement risque gros face à l’opinion publique s’il fait un mauvais pas… En ce cas un pas de trop.


Le danger ici est de tomber dans une gestion similaire à celle du réseau de santé, et de finir par tout embourber : de créer un gouffre monétaire très gourmand en argent, mais qui n’apporte aucune amélioration significative. La taxe scolaire uniforme devrait coûter au gouvernement 700 millions de dollars par année selon l’Institut de recherche Iris. Aussi, plus de classes de maternelle 4 ans (5000 classes en cinq ans) seront construites, avec davantage d’enseignants recrutés, et plus les besoins en argent augmenteront. Si d’autres secteurs de l’éducation manquent déjà d’argent alors que ces classes sont construites… Où iront les fonds à l’avenir? Peut-être ne seront-ils jamais suffisants.


François Legault doit à tout prix éviter une telle situation. À défaut d’abandonner son projet de maternelle 4 ans, il a intérêt à avoir un excellent ministre de l’éducation sous la main. Jean-François Roberge devra faire ses preuves, lui qui, avant son élection, désignait le cynisme comme le grand ennemi de la CAQ. Du cynisme, il y en a pourtant beaucoup chez les populations étudiante et enseignante. D’une part le collectif La planète s’invite à l’Université a critiqué les mesures en environnement du budget 2019, comme le soutien au troisième lien ainsi que l’aide au réseau routier en général. D’autre part, Legault souhaite imposer aux enseignants de retirer les signes religieux qu’ils portent, sans pourtant voit l’intérêt de décrocher les crucifix accrochés sur les murs de certaines classes. D’aucuns dénoncent une laïcité à double sens. Finalement, les cours d’éducation sexuelle que veut imposer le gouvernement ne font pas l’affaire de tout le monde. Peu d’enseignants s’affichent volontaires, aussi l'échéancier semble très serré quant à l’implantation de ces cours cet hiver. Des parents portent plainte et invoquent les chartes au nom de la religion.

Beaucoup de pression pour Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

Beaucoup de pression pour Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

En résumé, ce qu’il manque à François Legault pour faire de ses projets une réussite, c’est d’obtenir un peu plus de consensus, c’est d’aller écouter les acteurs qui y sont directement impliqués. L’intention semble être là, mais pas la patience. Cela ne sert à rien d’opérer toutes sortes de changements si la majorité s’y oppose. Comme plusieurs l’ont remarqué, la CAQ en fait peut-être trop, et trop rapidement.

Écrit par Jérémie Bellefleur, rédacteur en chef du ComMédia

Bibliographie

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159077/laval-enseignants-penurie-absences-suppleants-csdl

https://www.lapresse.ca/actualites/education/201902/17/01-5215069-maternelle-4-ans-le-gouvernement-legault-invite-a-reculer.php

https://www.ledevoir.com/societe/education/549134/penurie-d-enseignants-des-solutions

https://www.ledevoir.com/societe/education/205594/l-education-en-crise

https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/02/14/printemps-erable-frais-scolarite_n_14746664.html

https://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/05/01-4522308-pauline-marois-justifie-son-carre-rouge.php

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/la-greve-etudiante-quebecoise-de-2012-et-la-loi-78

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201206/28/01-4539125-casseroles-pauline-marois-ne-regrette-rien.php

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/567450/plq-publicite-marois-casseroles

https://www.journaldemontreal.com/2017/01/15/greve-etudiante

https://lactualite.com/actualites/2018/11/19/des-milliers-detudiants-en-greve-pour-obtenir-des-stages-remuneres/

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159013/greve-etudiante-generale-remuneration-stages

https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/548026/un-mal-profond-en-education

https://quebec.huffingtonpost.ca/jacques-beaulieu/le-systeme-de-sante-pourquoi-ca-ne-marche-pas_a_23385410/

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/francois-legault

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1130485/ministres-francois-legault-caq-quebec-justice-immigration-education-sube-lebel

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201811/28/01-5205975-francois-legault-promet-un-redressement-national-en-education.php

http://mi.lapresse.ca/screens/a3d06fea-22c4-4f20-b54e-6a611ef560dc__7C___0.html

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1133051/remunerations-medecins-specialistes-gel-legault

https://www.journaldequebec.com/2019/03/23/leducation-comme-priorite-nationale

https://ricochet.media/fr/2449/education-la-fausse-priorite-de-francois-legault

https://www.journaldemontreal.com/2018/10/05/les-nouveaux-deputes-solidaires-prepares-a-bousculer-lassemblee-nationale

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201901/30/01-5212873-signes-religieux-la-caq-divisee-sur-la-clause-grand-pere.php

https://www.quebec.ca/gouv/priorites/

www.journaldequebec.com/2019/02/20/les-coupes-du-gouvernement-couillard-ont-affecte-les-services-dit-une-deputee-liberale

www.lapresse.ca/affaires/economie/quebec/201903/21/01-5219151-budget-quebec-2019-les-heureux-et-les-moins-heureux.php

www.journaldemontreal.com/2019/03/22/un-budget-presque-pour-tous

https://www.oiiq.org/web/guest/budget-provincial-2019-reconnaissance-des-besoins-de-sante-des-personnes-vulnerables

https://cdn.iris-recherche.qc.ca/uploads/publication/file/Fiche_taxe_scolaire.pdf

www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2018/201809/16/01-5196766-notre-pire-ennemi-cest-le-cynisme-dit-le-caquiste-jean-francois-roberge.php

www.journaldequebec.com/2019/02/13/crucifix-dans-les-ecoles-une-question-de-patrimoine-plaide-francois-legault

www.journaldequebec.com/2018/12/10/education-sexuelle-des-parents-agressifs-veulent-lexemption

Le Silmarillion de J. R. R. Tolkien, la création derrière le Seigneur des Anneaux

J. R. R. Tolkien a rédigé les premières ébauches du Silmarillion en 1914, à l’aube de la Première Guerre mondiale, et y a travaillé toute sa vie. Il s’agit essentiellement d’un énorme plan de 400 pages, où contes et récits s’entremêlent pour former les bases d’un univers mythologique. La période ainsi couverte s’étend de la création du monde sur lequel s’étendent les Terres du milieu, Arda, jusqu’à la fin du Troisième âge ( soit l’épilogue du Seigneur des Anneaux ). Verdict du ComMédia : 8/10.

Le monde d’Arda (aka la Terre il y a bien longtemps)

Le monde d’Arda (aka la Terre il y a bien longtemps)

Tolkien n’a jamais terminé le Silmarillion avant sa mort, son fils a rassemblé ses divers écrits en une seule publication ; un recueil et non un roman. Malgré tout, les chapitres suivent un certain ordre chronologique, et se complètent. C’est avec un ton poétique que l’auteur parvient à réécrire l’histoire du monde, de notre monde en vérité… Car mises à part la fiction et la magie, le Silmarillion repose sur la vision pessimiste qu’avait Tolkien des humains faits de chair et d’os. Il joint ensuite cette vision aux inspirations de nature religieuse.

Les Valars!

Les Valars!

Pour la religion, tout commence avec… Dieu. Un Dieu unique dont le nom est Eru, ou Illuvatar si vous aimez mieux, c’est comme vous voulez. Presque tous les personnages et les lieux du livre ont plus d’un nom pour les désigner, et ce à travers plusieurs langages qui évoluent au gré du temps et qui s’influencent entre eux. Cela montre bien le grand intérêt de Tolkien pour les langues (il était professeur de langue et littérature à Oxford). L’elfique, comme le monde, ne fut pas construit en un jour!

Bref, revenons en à la religion. Eru, comme Dieu unique, s’assimile bien entendu au Dieu de la religion catholique dont l’auteur fut un ardent croyant toute sa vie. La différence étant qu’il a ici façonné de ses mains une légion d’esprits, ses propres enfants : en quelque sorte des dieux eux aussi, mais inférieurs à leur père. ils s’appellent les Valars. Donc, voilà qu’à ce niveau-ci on se rapproche sûrement un peu plus des Grecs ou des Romains. Quoiqu’il en soit, l’un de ces Valars, du nom de Melkor, démontre dès les premières pages un certain penchant pour la perfidie et le malice. Il fait penser à Satan, l’ange déchu du paradis et l’incarnation absolue du mal.

Dame Galadriel, Legolas et Elrond! :)

Dame Galadriel, Legolas et Elrond! :)

Les elfes sont les premiers êtres vivants à voir le jour sur les Terres du Milieu, près d’un petit cours d’eau. Ils sont les premiers enfants d’Eru, et les favoris des Valars (pas de chance pour les hommes, les nains et les hobbits!). Parfois, ils ont l’air tout à fait normaux… Mais, à regarder le teint de Dame Galadriel, on voit bien qu’il y a quelque chose qui cloche. À défaut d’avoir la peau transparente, ils sont blancs comme la lune. En fait, ils ont un rapport très proche avec Arda, de même qu’avec la lune et le soleil (tous les deux aussi créés par Eru). Ils sont immortels et peuvent retourner à leur guise jusqu’à Valinor, la cité des dieux à l’extrême occident. Dame Galadriel est la petite-fille d’Owe, l’un des premiers elfes. Elle vient du Premier âge et est donc vieille de plusieurs milliers d’années, tout comme Elrond le demi-elfe (dans la même parenté éloignée). Les elfes aussi ressemblent à des anges, dans le fond. Et à la fin du Seigneur des Anneaux, ils quittent presque tous les Terres du Milieu pour se rendre à la cité des dieux.

Les Noldor et leur meneur Feanor

Les Noldor et leur meneur Feanor

À l’instar de nos ancêtres, quelques uns ont utilisé un passage gelé pour s’en retourner sur les Terres du Milieu à une certaine époque (après avoir vécu à Valinor près des dieux, c’est comme s’ils se rendaient en Amérique depuis l’ouest). C’est qu’une partie des elfes, les Noldor, ont trahi les Valars et se sont enfuis en croyant que ces derniers voulaient leur voler les joyaux qu’ils avaient forgés, les Silmarils. Bien sûr, rien de tout ça n’était vrai ; seulement des supercheries de Melkor, auquel les Valars, ses frères, venaient d’accorder une armistice. Les Noldor sont un peu comme Judas qui trahi Jésus… Et à la fin ils se font pardonner.

Mais voilà que leur trahison et leur fuite pour reprendre les silmarils à Melkor (caché dans sa forteresse sur les Terres du Milieu) a mené à la première des grandes guerres. Une grande guerre inspirée selon certains de LA Grande Guerre du monde réel. Car, il faut bien le dire, la guerre n’arrête jamais sur plus de 400 pages. Un combat en amène un autre, et la paix ne dure jamais. Les rois se meurent et se succèdent. Le mal ne peut pas disparaître complètement. Tolkien avait en effet participé à la Première Guerre mondiale.

Petit hobbit joufflu !

Petit hobbit joufflu !

Les humains sont les plus corruptibles de toutes les races, et pourtant Eru leur réserve un destin spécial, inconnu de presque tous. Au reste, la mort est associée dans ce livre à un privilège. Je vais vous laisser lire le livre et apprendre comment sont nées les autres races… La plus mystérieuse, et la plus unique, reste celle des hobbits, celle qui sauve le monde de Sauron (serviteur de Melkor) dans le Seigneur des Anneaux. Au final, ce que nous dit Tolkien, c’est que seules l'innocence et la bonté pures peuvent étouffer le mal pour toujours… Et qu’elles-mêmes ne sont pas à l’abri de la corruption.

Bref, le Silmarillion raconte surtout la destruction de grands royaumes et de grands personnages mêlés à des destins absolument tragiques. En soit, il n’est pas très agréable à lire. Le style est plutôt aride, mais sert bien les intentions présumées de l’auteur en mariant à merveille mythologie et poésie (je vous conseille donc de le lire an anglais). Quant aux intrigues, il est facile de ne plus s’y retrouver après quelques chapitres, à cause des noms de personnages et de lieux (merci au lexique). Finalement, voyez ce livre comme un manuel d’histoire des Terres du Milieu ; si vous aimez la mythologie, si le fantastique vous plaît, n’hésitez pas!

Écrit par Jérémie Bellefleur, rédacteur en chef du ComMédia

Affaire SNC-Lavalin : Trudeau pourrait perdre son premier combat dans un ring

Depuis quelques semaines, l'affaire SNC-Lavalin est au bout de toutes les lèvres. Les médias canadiens, québécois et même internationaux en parlent incessamment. Pourquoi on en parle autant? Pour répondre à cette question, il est important de comprendre l’affaire et les différentes perspectives qu’elle amène.

e0a4bf49a1d885d18027b4ac52a32a37.jpeg

C’est quoi l’affaire SNC-Lavalin? Et pourquoi c’est important de la comprendre?

     

L’affaire SNC-Lavalin est un scandale de corruption entre la firme d’ingénierie montréalaise SNC-Lavalin et le Parti libéral du Canada (PLC). Certains membres du cabinet des ministres, dont le Premier ministre Justin Trudeau, auraient tenté de secourir SNC d'une poursuite judiciaire en faisant pression sur la ministre de la Justice, Jody Wilson Raybould. Ceci va contre la règle de droit, la Rule of Law, qui stipule que le politique doit être séparé de la justice. C’est un des piliers de la démocratie. Autrement, on se trouve dans un pays où le parti au pouvoir pourrait potentiellement emprisonner, libérer ou juger qui il veut. Cela va contre la démocratie.

L’ex-Ministre Jody Wilson-Raybould en compagnie du Premier Ministre libéral du Canada Justin Trudeau.

L’ex-Ministre Jody Wilson-Raybould en compagnie du Premier Ministre libéral du Canada Justin Trudeau.


Tout a commencé le 7 février 2019. Lorsque le journal canadien-anglais Globe and Mail a publié un article sur le constant lobbying de SNC auprès du Parti libéral. SNC a toujours été rouge. Ils auraient approché pas moins de 19 fois le bureau du premier ministre depuis 2017. Un véritable record en termes de lobbying.

Vous vous demandez probablement pourquoi il y a autant de pression de la part de SNC. Eh bien, la compagnie a reçu une poursuite pour corruption en 2017 de la part du Service des poursuites pénales du Canada et de la Gendarmerie royale du Canada. Parmi les accusations qu'on lui porte, il y en a une qui est digne de mention. Celle d’avoir payé des prostitués au fils du dictateur Mouammar Kadhafi afin d’obtenir des contrats en Libye.

L'argument de SNC pour se défendre, c’est qu’ils ont plus de 9000 emplois au Canada. Si SNC perd le procès, la compagnie ne pourra plus faire affaire au Canada pour une période de 10 ans. De ce fait, cela pourrait faire baisser ses ententes avec d'autres pays, car qui veut faire affaire avec une compagnie canadienne qui ne peut même pas y faire affaire? Ce procès, selon SNC, entraînerait donc une baisse de contrats et conséquemment ferait perdre ces postes.  

La réponse de la ministre Raybould était de ne pas empêcher la poursuite. Elle n'a pas voulu tenir compte des postes en jeu. Parce qu’en justice il y a une règle qui stipule qu’il ne faut pas prendre en compte l’aspect économique d’une affaire judiciaire.

Mais Trudeau n’aurait pas été en accord avec l’opinion de Raybould. Il aurait tenté de convaincre Raybould que 9000 emplois, dont 2000 au Québec, il faut protéger ça. D'autant plus que le Parti libéral dépend du Québec pour être réélu cette année. Pour ce faire, il aurait utilisé une nouvelle loi mise en place par son gouvernement en 2018 : les accords de poursuite suspendue. Une nouvelle clause du Code criminel qui, comme son nom l’indique, permet de suspendre une poursuite envers une organisation sous certaines conditions.

Un autre membre du cabinet qui aurait tenté de la convaincre est le secrétaire principal de Trudeau, Gerald Butts. Il est reconnu comme étant un de ses meilleurs amis.
    Au total, 11 membres du cabinet Trudeau auraient tenté d'influencer Jody Wilson-Raybould selon son témoignage.

image002-jpg.jpg


     
Trudeau et Gerald Butts, en littérature à l'Université McGill. Les deux hommes se connaissent depuis leur baccalauréat.

Gerald Butts….

Gerald Butts….

Raybould n’a malheureusement, ou heureusement, selon votre point de vue, pas changé d’opinion. Conséquemment, lors du remaniement ministériel, on lui a donné un ministère considéré comme moins prestigieux : le ministère des Affaires aux vétérans. Elle a publié entre temps un drôle de communiqué que personne ne comprenait à l’époque. C'était en réponse au fait qu'elle n'ait plus le ministère de la Justice. Elle y soulignait l’importance de la règle de droit pour préserver la démocratie.  

Après l’article du Globe, Justin Trudeau a affirmé que si Raybould s’était senti réellement menacé par rapport à l’affaire SNC elle aurait démissionné. Chose qu'elle a faite dès le lendemain. Par la suite, Butts a lui aussi démissionné.

Depuis, Jody Wilson Raybould et Gerald Butts ont pu donner tour à tour leur version des faits devant le Parlement. Jody Wilson disait qu’elle a senti la pression comme étant une action « déplacée » de la part de son parti, mais pas « illégale ». Butts, quant à lui, a nié les pressions. Selon lui, s’il y en a eu, c’était inconsciemment. De plus, Raybould ne les aurait jamais averti de ce sentiment.  

Est-ce que cela aura des conséquences sur les élections fédérales de cette année? Seul le temps le dira. Mais présentement, le Parti conservateur du Canada devance le Parti libéral. Au Québec, selon le plus récent sondage Léger, le PLC reste premier avec 35% des intentions de vote.


Quelles sont les différentes perspectives de l’affaire?

* quand je parle de perspective, je parle d’opinions que l’on retrouve majoritairement ou seulement dans ces endroits. Je ne prétends nullement que tout le monde appartenant à telle ou telle catégorie partage cette opinion.

Perspective québécoise

Selon le plus récent sondage Léger, 59% des Québécois veulent que SNC n’ait pas de procès et puisse bénéficier des accords de poursuite suspendue. Parce que la compagnie est un fleuron québécois qui existe depuis 1911. Il emploie plus de 50 000 personnes, dont 2000 Québécois. Selon ce point de vue, on ne peut pas laisser la compagnie mourir. À la limite, elle pourrait être nationalisée, c’est une idée que lance le NPD dans l’espoir de recréer la vague orange.


Perspective autochtone 

Jody Wilson Raybould est une autochtone provenant de la nation Kwak’wala de la Colombie-Britannique. Elle est un véritable symbole pour beaucoup de Premières Nations. Elle représentait l'engagement de « Vérité et réconciliation »  promis par Justin Trudeau aux Premières Nations lors des élections de 2015.

Son remaniement dans le cabinet à un poste moins prestigieux, les pressions faites à son égard et sa rétrogradation ont été vus comme une trahison.


Perspective féministe

Une autre promesse de Justin Trudeau, lors des élections de 2015, était la parité de son cabinet des ministres. « Parce qu’on est en 2015 » disait-il.

Sauf qu’il a perdu un autre poids lourd féminin de son cabinet : la présidente du Conseil du Trésor du Canada, Jane Philpott. Celle-ci a démissionné lorsque son parti était en plein dans la tourmente de SNC. Selon sa lettre de démission, elle a quitté car un ministre « doit toujours être prêt à défendre les autres ministres publiquement » et soutenir « le gouvernement et ses politiques ». Chose qu'elle n'était plus capable de garantir.  
Cet événement a fait remettre en question le supposé féminisme de Trudeau par certaines critiques.


Perspective du Canada-Anglais

Pour les Canadiens anglais, SNC symbolise encore le fait que le Québec passe avant les autres provinces auprès du PLC ; une critique que l'on retrouve depuis le projet souverainiste québécois.

Ils ont perdu la confiance en Trudeau, d’où le fait qu’Andrew Scheer du Parti conservateur dépasse le Parti libéral.


Perspective juridique

La cour fédérale du Canada a publié un jugement sur le fait que SNC ne pourra pas avoir recours aux accords de poursuite suspendue. Son procès aura donc lieu.

Écrit par Anaïs Pijet Villeneuve, rédactrice au ComMédia



Pour aller plus loin + Sources

Article du Globe and Mail qui a tout commencé : https://www.theglobeandmail.com/politics/article-pmo-pressed-justice-minister-to-abandon-prosecution-of-snc-lavalin/


SNC Lavalin : https://www.cbc.ca/news/business/a-brief-history-of-snc-lavalin-1.1154986


L’affaire SNC Lavalin: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1154560/affaire-scandale-snc-lavalin-trudeau-raybould-butts

https://www.thestar.com/politics/federal/2019/03/13/snc-lavalin-affair-we-answer-your-most-pressing-questions.html

https://www.macleans.ca/politics/ottawa/what-does-it-take-to-get-a-deferred-prosecution-agreement/

https://www.theglobeandmail.com/politics/article-snc-lavalin-had-access-to-governments-top-decision-makers-lobbying/

Fils de Kadhafi : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/738679/pots-de-vin-snc-lavalin-libye-kadhafi-riadh-ben-aissa-defense



Accord de poursuite suspendue : https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/ci-if/ar-cw/aps-dpa-fra.html

Admission de Trudeau : https://www.thestar.com/politics/federal/2019/03/07/live-at-745-am-prime-minister-justin-trudeau-to-give-statement-on-snc-lavalin-scandal.html?li_source=LI&li_medium=star_web_ymbii

Le remaniement ministériel : https://www.cbc.ca/news/politics/liberal-cabinet-shuffle-2019-1.4976936


Raybould : https://www.theglobeandmail.com/canada/article-a-closer-look-the-11-people-wilson-raybould-said-were-involved-in-the/

http://jwilson-raybould.liberal.ca/wp-content/uploads/sites/1565/2019/01/JWilsonRaybouldStatement.pdf


Gerald Butts : https://ottawacitizen.com/news/national/full-statement-gerald-butts-resignation-letter


Sondage: https://montrealgazette.com/news/local-news/snc-lavalin-controversy-narrows-federal-liberals-lead-in-quebec-poll

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201903/14/01-5218191-sondage-laffaire-snc-lavalin-nuit-au-plc.php

https://newsinteractives.cbc.ca/elections/poll-tracker/canada/


Perspective québécoise
https://lactualite.com/politique/2019/02/28/la-ligne-de-faille-absolue-dans-laffaire-snc-lavalin/

https://www.tvanouvelles.ca/2019/03/14/les-quebecois-veulent-sauver-snc-lavalin

Perspective autochtone 

https://aptnnews.ca/2019/02/13/a-significant-step-backwards-first-nation-leaders-react-to-jody-wilson-raybould-resignation/ 

Perspective féministe

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1156465/ministre-jane-philpott-demission-conseil-tresor

https://www.cbc.ca/news/politics/trudeau-women-cabinet-philpott-wilson-raybould-1.5048292

Perspective du Canada-Anglais

https://ipolitics.ca/2019/02/08/snc-lavalin-affair-its-all-about-quebec/

https://newsinteractives.cbc.ca/elections/poll-tracker/canada/

Perspective juridique

https://www.canlii.org/en/ca/fct/doc/2019/2019fc282/2019fc282.html

Images

Logo SNC-Lavalin

https://en.wikipedia.org/wiki/SNC-Lavalin


Jody Wilson Raybould et Justin Trudeau

https://www.bbc.com/news/world-us-canada-47232348


Gerald Butts et Justin Trudeau 

https://ottawacitizen.com/opinion/editorials/editorial-gerald-butts-bows-out-over-snc-lavalin-affair


Gerald Butts Aujourd’hui



La solitude chez les personnes âgées : un enjeu de société

La population du Québec est vieillissante. Breaking news? Je ne penserais pas, on peut d’ailleurs observer ce vieillissement en ne portant qu’une simple attention à notre environnement. Pourtant, il me semble qu’on vit un peu la tête dans le sable et les bras croisés face à cette situation, et les nombreux enjeux qu’elle comporte. On ne cesse de relater dans les médias de nombreuses situations désolantes qui ont lieu dans des résidences pour personnes âgées, que ce soit des résidences intermédiaires, des CHSLD ou autres types de résidences pour aînés. On demande des changements pour offrir des conditions davantage favorables à cette clientèle, et plusieurs messages sont récurrents, tels que : trop de patates pilées, pas assez de bains, pas assez d’activités, trop de Jell-O, etc. Je suis consciente que plusieurs choses doivent changer. Étant préposée aux bénéficiaires, je suis constamment exposée à ces conditions qui pourraient largement être améliorées. Cependant, je crois qu’il est plus facile de pointer du doigt le système et d’attendre que le changement s’effectue que d’agir concrètement pour résoudre les problèmes. Il me semble tout de même qu’en s’indignant pour nos aînés, on n’en fait pas plus de notre côté. En ne désignant constamment qu’un seul enjeu, soit celui des résidences pour aînés et leurs services, on met dans l’ombre plusieurs autres enjeux tout aussi importants. C’est d’ailleurs le cas pour la solitude chez les personnes âgées ; enjeu actuel et sur lequel nous pouvons agir dès maintenant sans l’aide du gouvernement et de ses procédures sans fin. Ironiquement, ce sujet est peu discuté autour des machines à café et dans les salles de presse. On l’a effleuré souvent, mais avons-nous tous agis contre celle solitude?  

Au Québec, selon le Devoir, une personne âgée sur trois vit seule. Souvent, les gens des services à la clientèle sont les seules personnes à qui ils vont s’adresser durant la journée ou même durant toute la semaine. La discussion avec le pharmacien, les infirmiers à domicile, le médecin, la caissière à l’épicerie et les conseillers à la banque vont être la seule source de contact humain. On a souvent le réflexe, même moi je suis coupable, de couper court aux discussions avec les aînés. Le temps file et nous sommes constamment en train de courir après notre emploi du temps, avec notre travail ainsi que notre vie sociale, ne laissant que peu de temps au spontané, et donc aux conversations plus légères comme celles sur la météo, mais sans pour autant être moins importantes. Parfois, une simple opinion partagée sur la partie de hockey de la veille peut mettre un baume sur un cœur âgé. Pensez-y. Parfois, même un sourire bien ressenti suffit. On doit juste y porter une attention particulière. 

D’autre part, lorsqu’on ne connait pas l’histoire derrière une personne, il est facile de juger un livre par sa couverture. Puis, surtout par paresse, on ne voit pas la nécessité de l’ouvrir afin de découvrir l’histoire qui s’y cache.  En résidence, nous voyons plusieurs résidents n’avoir aucun contact ou presque avec leur famille, c’est d’ailleurs le cas d’une personne âgée sur trois au Québec. On ne connait pas toujours le contexte familial et ses nombreux détails, mais on ne peut que ressentir malgré tout la peine et le vide qui les habitent. Une attention portée à leur égard changera leur tristesse en sourire le temps d’un moment, et changera votre vision de la vie pour un bon bout de temps. Sans faire cela avec un objectif égoïste, donner rapporte gros personnellement. 

On pense qu’ils ne connaissent pas grand-chose ; mais vous le savez sûrement, et leurs cheveux mentent rarement, ils ne sont pas nés de la dernière pluie. Ils n’ont pas connu Tinder, mais ils ont connu les « je t’aime » et les peines d’amour. Ils n’ont pas connu Facebook, mais eux aussi ont eu des amitiés inébranlables et des soirées inoubliables. Ce n’est pas parce que ce n’était pas sur Instagram que ce n’était pas mémorable. Ils en ont eu des fous rires, des déceptions, des joies et des moments de remise en question ; parce que la principale chose qui nous unit, les humains, ce sont ces émotions que nous partageons et qui font de nous des êtres vivants qui ne font pas qu’exister.

Ne suivez pas le courant, pour une fois, et ne laissez pas les générations séparer ces gens de vous, parce qu’il y a beaucoup plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. « L’amour, ce n’est pas démodable » qu’ils disent.

Source de l’article : https://www.ledevoir.com/opinion/idees/536356/l-isolement-social-des-aines-un-reel-gaspillage-humain?fbclid=IwAR1pK3yRdLvfJfiUGSPRxvMyzeR2jKNum3qu5tx1f81nvqJB_Oxf_WZuVhk

Écrit par Sandrine Demers, Rédactrice du ComMédia

Amours Solitaires : La révolution de l’amour a commencé

Pourquoi ne pas profiter du 14 Février pour vous faire découvrir le premier livre de Morgane Ortin, une jeune auteure qui lance la révolution de l’amour. 

Son tout premier roman, Amours Solitaires, est un livre qui a débuté par un compte Instagram qui n’a qu’un seul but : partager l’amour. Voilà comment l’auteure parle de l’histoire de son livre : « Autrefois, les amoureux échangeaient des lettres. Aujourd’hui, ils s’envoient des textos, mais malgré tout, la poésie n’a pas disparu entre temps. »

Depuis qu’elle a créé le compte Instagram d’Amours Solitaires, Morgane Ortin a recueilli des milliers de conversations intimes d’amoureux anonymes. Des mots doux, crus, exaltés, érotiques, simples, drôles, sensuels, habiles et piquants.

Elle en a sélectionné 278 provenant d’amoureux différents pour composer une histoire d’amour divisée en neuf chapitres. Une histoire que l’on pourrait introduire comme suit : Des amours, il en a connu avant. Elle en a vu passer aussi. Le livre raconte le leur.

Le livre, sorti le 31 Octobre 2018 en France, a été et est toujours un best-seller. Ici, au Québec, ce dernier est apparu en janvier 2019. Vous pouvez donc vous le procurer dans toutes les librairies.

Sans+titre.jpg

Amoureuse éperdue de l’amour, Morgane Ortin voulait, en créant son compte Instagram, rassembler tous les beaux mots de l’amour en un seul lieu, un lieu numérique où l’on pourrait se souvenir pour toujours des mots qui ont compté, et ainsi montrer que la sensibilité n’est pas une faiblesse et que l’expression du sentiment est constitutive de notre humanité.

Sans+titre+2.jpg

À force de voir sa communauté augmenter, la jeune auteure a la conviction qu’il est temps de dépasser les frontières et d’initier la révolution de l’amour. Celle-ci affirme que l’expression du sentiment est nécessaire. Avec Amours Solitaires, son but est d’arrêter les faux-semblants. « Si nous aimons, disons-le, si nous dirons, montrons-le. Il y a tellement de nuances et de possibles dans l’expression du sentiment que nous serions bien tristes d’aimer en rejetant l’amour», explique-t-elle dans son livre.

Sans+titre+3.jpg

Mais qu’est-ce que la définition de la révolution de l’amour selon les lecteurs du compte Amours Solitaires ? Pour certains, c’est d’assumer ses sentiments et ses émotions, prôner la bienveillance et la compréhension. C’est aussi s’aimer soi-même. S’aimer soi-même pour aimer plus fort, aussi. Et pour d’autres, c’est d’accepter que quelqu’un vienne détourner notre plan de vie déjà bien tracé.

 

Un nouveau style de lecture rafraîchissant, car la lecture du livre se fait uniquement par textos, comme les images tirées du livre ci-dessus. Une conversation que l’on suit comme si on s’introduisait dans la vie des deux amoureux ; mais plutôt que de provenir d’une seule et même personne, c’est un rassemblement de 278 textos différents qui, mis tous ensemble, forment une magnifique histoire.

Si vous voulez en apprendre plus : 

-       Le compte Instagram d’Amours Solitaires : https://www.instagram.com/amours_solitaires/

-       Morgane Ortin nous partage ses coups de cœur d’Amours Solitaires : https://www.youtube.com/watch?v=yOIFkM9pDY8

Écrit par Lillou Allart, Rédactrice du ComMédia

Entrevue avec Mona Tep, créatrice du ComMédia!

Originaire du Cambodge, Mona Tep a vécu dix ans au Québec. À l’époque, les étudiants étrangers se faisaient rares, et c’est dans un petit département naissant, de 100 ou 200 étudiants, qu’elle a créé le ComMédia en 1989. En même temps, elle rédigeait une maîtrise ; une analyse linguistique de la couverture médiatique de quelques grands médias internationaux sur le mouvement des Khmers rouges (un parti communiste ayant dirigé le Cambodge de 1975 à 1979). Pour son nouveau journal, Mona Tep devait aller trouver elle-même les commanditaires, s’occuper du montage, de l’impression, de la coordination générale… Gérer les déplacements de certains chroniqueurs! Bref, l’équivalent d’une édition mensuelle d’une dizaine de pages. Notre toute première rédactrice en chef fut évidement ravie de constater la poursuite de son travail… Elle m’explique ici les débuts du journal, ce qu’il était, de même que l’influence qu’il a pu exercer sur sa vie. Et pourquoi pas quelques conseils tant qu’on y est?

Comment le magazine a-t-il été créé?


J’ai quitté le Cambodge depuis mon plus jeune âge, et ce, à cause de la guerre.  J’ai beaucoup bougé, de la France au Canada, de Québec à Montréal… et l’université est le premier endroit où j’avais envie d’investir car j’y avais passé beaucoup d’années et devrais encore y passer quelques autres puisque je commençais mon master.  


De par ma nature j’ai ce besoin de partager, de rassembler et surtout d’aider. Quand je suis arrivée au Dept de comm, j’ai tout de suite remarqué qu’il manquait ce lien entre les étudiants et les professeurs.  Si on s’arrête un instant, on connaît peu de la vie des étudiants et aussi de la vie des professeurs, je voulais que le journal « humanise » ses deux publics, souvent pudiques de par leur position/fonction. Et puis on est en communication ; comment est-ce possible qu’il n’ait pas un journal?


Pourquoi avoir fondé le ComMédia alors que vous étiez déjà occupée par la maîtrise?

Le besoin de communiquer tout simplement, et c’est un peu paradoxal que dans un département de comm on n’ait pas ce genre de journal.  

Je voulais « humaniser » les étudiants et les professeurs. Ce n’est pas une question de rigidité, mais ces deux groupes sont cantonnés dans leur « image » stéréotypée et je voulais surtout atténuer ces barrières imaginaires que nous nous faisons de l’étudiant quand on est professeur et vice et versa.

J’aime les challenges et je pense que le temps est élastique quand on sait s’en servir et qu’on sait s’organiser… J’avais fixé un objectif et cela me motive…. Comme on dit : « Quand on aime, on compte pas ! ».


À qui le journal s'adressait-il?

Surtout aux étudiants mais aussi aux profs qui avaient envie de mieux connaître leurs étudiants. Les étudiants ne savaient pas toujours ce qui se passait dans le département et vice et versa.  Créer une communauté de communicateurs et de communiquants… pas juste faire de la théorie, mais de la pratique.

Comment fonctionnait le ComMédia à ses débuts ? ( publications, fréquence de parution, prix/cotisations?).

 

Si je m’en rappelle, nous n’avions pas de budget ou si peu… seulement pour l’impression ; le reste, tout comme notre temps et la coordination que j’y mettais, étaient bénévoles…. Je pense que c’est une belle plateforme et expérience pour ceux qui veulent devenir journalistes ou dans les métiers connexes. J’avais aussi trouvé un humoriste de bandes dessinées qui faisait bien parler le journal…


À quoi ressemblait l'équipe complète?

Un éditeur et des journalistes, c’est tout.

Qui y participaient ( profs, étudiants, etc.)?

Je choisissais les profs, ils n’avaient pas un emplacement particulier mais je voulais qu’ils soient présents pour faire des updates… des messages sur les prochains cours… leur vision académique, mais aussi en tant que personne ayant le pouvoir de forger le futur des jeunes communicateurs.

Pour les chroniqueurs… nous avions les mêmes souvent… on faisait une revue des articles que nous pouvions pondre, et voilà… Ensuite, je faisais aussi éditeur et correction d’épreuves… C’était beaucoup beaucoup de travail, mais je pense que c’était apprécié et cela permettait aux étudiants de prendre de l’expérience et aux autres de savoir ce qui se passait dans le département et autour de soi.

Quels étaient les rapports entre le magazine et l'association étudiante?

Très liés car on essayait de répondre aussi aux besoins évoqués dans la vie d’asso!

Avez-vous aussi participé à la création de l'Aécum?  

Je vous avoue que je ne me rappelle pas avoir créé l’Aécum, cependant j’y ai participé à travers le ComMédia, car la partie « associative étudiants » m’intéressait. Je voulais, à travers le journal, comme j’ai dit ci-haut, faire le pont avec les étudiants, les professeurs et la vie estudiantine. J’étais aussi Déléguée du 2e cycle… donc la vie estudiantine m’intéressait. Et puis on est en communication, je trouvais aberrant qu’il n’y ait pas de journal fait par et pour les étudiants. Un ami très cher (Alexandre Gousse de la même année en master) me poussait aussi à créer le ComMédia.

D'après ce que j'ai vu, les nouvelles de l'Aécum et du département transitaient surtout par le magazine? Est-ce exact?  

Oui, je crois que le journal a grandement contribué… cela a permis les rassemblements, à des gens de partager des expériences, de démontrer le dynamisme de notre faculté …. À la fois à travers les professeurs et les étudiants. Cela permettait de voir arriver les nouveaux… comment les inclure et qu’ils arrivent surtout à s’insérer rapidement à la vie d’étudiant autant académiquement que socialement.

20190115_202816(0).jpg

J’ai aussi été élue Déléguée du 2e Cycle… c’est une autre raison pourquoi j’ai beaucoup participé à l’Aécum.


Quelle est votre opinion sur la récente et inévitable transition numérique des médias?

Cela va de soi, nous sommes en communication, cela ne serait pas normal si on était réfractaires… Il faut par contre savoir gérer le progrès… Tout progrès tel que le numérique mérite que nous nous posions la question : est-ce bon pour moi, est-ce nécessaire ?  Comment vais-je l’utiliser (sans en abuser) à bon escient?

Pensez-vous qu'un journal comme le nôtre intéresse toujours les étudiants? Pourquoi? (Est-il utile?)  

Je pense que c’est toujours utile… sous réserve bien sûr que les contenus soient d’actualité. De mon temps, le journal devait être le pont entre ce que font les étudiants et la vie professorale de la faculté. Comment insérer les nouveaux rapidement, etc. Je pense que c’est important que le journal continue de servir de « pont », et cela permet également de développer son expérience dans l’écriture.


Étiez-vous surprise de voir que le ComMédia existe toujours?

Oui !! Mais en même temps pas vraiment surprise vu que nous sommes dans le département de communication, c’est tout à fait normal que les étudiants s’y intéressent et gardent le flambeau du journal. C’est dommage sur un truc : le M majuscule de Média a disparu… ComMédia : Com c’est pour Communication et Média c’est pour cette raison…

Quel est votre métier aujourd'hui? Ou quel a été votre carrière?

J’ai fait divers métiers… notamment consultante en Communication pour la Banque Mondiale sur des projets de l’environnement, Directrice Communication pour une société artisanat cambodgienne. Mais j’ai surtout dirigé des projets pour des bailleurs de fonds tel que USAID (l’Agence américaine pour le développement international). En ce moment, managing director pour une société pharmaceutique d’import/export. Présidente de la Fédération équestre cambodgienne et je fais du consulting dans les projets DRH- RSE

De quelle façon pensez-vous que la création du ComMédia vous aura été bénéfique, quant à votre expérience?  

Bien sûr que la création du journal a été bénéfique… c’est une expérience pour les étudiants de travailler dans un journal, surtout si on veut devenir un journaliste. Et puis on rencontre les étudiants, on rencontre les professeurs, on tisse des liens pour eux, pour notre propre avancement en tant que personne. On prend de l’expérience dans l’organisation, dans les activités, car, pendant que j’étais étudiante, j’avais les cours, le journal, mais aussi je travaillais à l’extérieur pour me faire de l’argent de poche. Donc, bien occupée ! Il faut savoir s’organiser. Plus on est organisé, plus on peut faire de choses et faire avancer les choses. Je ne le répéterai jamais assez.

Que pensez-vous du modèle actuel du ComMédia ? (un article par semaine sur Facebook et sur le site internet mais nous en visons deux, un minimum de trois publications pour le même article afin de manipuler l'algorithme Facebook, puis un courriel envoyé à la fin du mois à tous les étudiants, et qui contient l'ensemble des articles hebdomadaires).

Génial, j’aimerais bien être sur votre liste d’envoi. C’est une bonne formule.

Quels sont vos conseils en ce sens?

Il faut savoir s’organiser. Plus on est organisé, plus on peut faire de choses et faire avancer les choses. Je ne le répéterai jamais assez.

Être dans les médias… c’est aussi savoir regarder le monde à travers ses yeux, mais aussi à travers les autres. Il faut toujours aller au bout de ses projets… même si parfois ils semblent insurmontables… Savoir se parer de gens compétents, faire confiance : ce sont des atouts.

Allez-vous lire le ComMédia ? ( vous n'êtes pas obligée de répondre « oui », ça serait plutôt drôle en fait x) ).   

OUI  absolument !  Je trouve ça formidable que le journal que j’ai créé existe toujours… Quand on a fait la moitié du chemin de son existence (comme c’est mon cas, j’ai 53 ans), même si on croit que les choses de la vie sont temporaires… rien n’est réellement permanent… le ComMédia nous rappelle que les belles choses peuvent subsister quasiment éternellement ☺.  Et que son changement à travers les mains et les yeux de d’autres personnes l’a rendu encore plus magnifique…. L’aventure ComMédia continue et c’est ça qui est formidable.

Jérémie Bellefleur, rédacteur en chef du ComMédia

Revue de la pièce de théâtre "Art"

“Art” est une pièce de théâtre, mise en scène par Marie-France Lambert, et met en vedette Benoit Brière (Serge), Luc Guérin (Yvan) ainsi que Martin Drainville (Marc), trois comédiens ayant une carrière assez bien remplie.

La pièce a été écrite par Yasmina Reza, qui a connu un énorme succès lors de sa création à Paris et qui est encore aussi populaire, même après 25 ans. Marie-France Lambert a adapté et dirige donc cette pièce pour sa toute première mise en scène.

Elle raconte l'histoire de trois hommes, amis depuis maintenant 30 ans, qui, au fur et à mesure, se rendent compte qu'ils n'ont plus autant en commun qu'avant. Durant 1h20, on suit Serge, Yvan et Marc qui, plutôt que d'exposer leurs problèmes personnels, cherchent à mettre la faute sur les autres et finissent par se haïr entre eux et ne plus savoir pourquoi ils sont amis. Toutes les disputes proviennent d'un seul problème : l'achat d'un tableau blanc par Serge pour  la somme exorbitante de 100 000$. Marc n'approuve pas du tout l'achat de son ami qu'il considère comme insensé puisque le tableau est blanc. De là commencent les disputes, les reproches et les aveux. 

5b1993e8840d2.jpg

Je dois dire que, pour une première mise en scène, Marie-France Lambert a bien réussi son coup. En effet, on se laisse entraîner dans l'histoire et les querelles des trois amis avec une aisance surprenante. La pièce est teintée d'un humour sarcastique à la fois léger et intelligent du début à la fin. Les blagues ne sont jamais faites sans sens caché, elles ont toujours une raison bien précise.

Un détail intéressant ; il y a deux degrés d’humour à cette pièce. En effet, au premier degré, elle ne requiert pas beaucoup de concentration et l'humour léger permet de rire un bon coup. Toutefois, le second degré est aussi présent dans cette pièce. En effet, derrière l'humour léger se cache un humour intelligent chargé de sens.  On comprend que toutes les répliques ont un but. Il y a même plusieurs “running gags” tout au long de la pièce. Rien n'est laissé au hasard!

Personnellement, j'ai bien aimé cette pièce et j'ai passé un très bon moment. Les acteurs sont exceptionnels et on croit réellement à leur amitié, puis à leur haine les uns envers les autres.

Pour ceux que ça intéresse, “Art” sera au théâtre du Rideau-Vert jusqu'au 2 mars 2019, à moins d'autres supplémentaires!

facebookDisplayLink.png

Écrit par Marie-Soleil Rochon, Rédactrice en chef du COMMEDIA

L'ingérence américaine... Partout dans le monde! Résidus de guerre froide.

L’histoire n’en est qu’aux premiers chapitres : les États-Unis, berceau de la démocratie, doivent lutter âprement contre les forces pernicieuses que sont les Chinois et les Russes. Les premiers ont déjà été accusés de vouloir saboter l’accord iranien sur le nucléaire, et, plus avant, de déstabiliser l’économie mondiale. Quant aux Russes, inutile de vous rappeler les accusations d’ingérence lors des élections de 2016. Et les Américains, eux? Où vont-ils bien fourrer leur nez?


En effet, loin de rester chez-eux, ils continuent à imposer leur idéal d’une société libérale et démocratique. En 2018, et déjà en 2019, cela a concerné plusieurs pays.


Commençons avec l’Ukraine. En mai 2014, la région du Donbass a tenu un référendum sur son indépendance. Quelques mois plus tôt, la Russie avait ébranlé le contexte socio-politique des environs en annexant la région ukrainienne de la Crimée, provoquant alors un tollé mondial. Au final, le Donbass aurait fait le choix de la souveraineté à faveur de 90% des voix retenues, mais à travers un processus pénible, brouillon, tandis que les factions pro-russes et pro-ukrainiennes trouaient l’unité du pays à coups de balles. Le 11 novembre 2018 s’est déroulé un processus quasi-identique avec plus de soixante pourcent des votes accumulés par les indépendantistes. L’Union Européenne et l’Ukraine l’ont condamné en y relevant un manquement « illégitime » et « illégale » aux accords de 2015 de Minsk, supposés maintenir la paix dans la région.

post-twitter-usa-embassy-elections.jpg

Les États-Unis sont allés plus loin en appelant mot pour mot au boycott du référendum, qu’ils considéraient carrément organisé par la Russie, ou du moins telle une mise en scène de leur cru. Enfin, nos voisins du sud ont probablement exagéré, à travers leurs propos, les efforts employés par l’Ukraine au nom de la paix et des accords de Minsk. C’est que plus de 10 300 personnes ont péri suite aux violents combats dans l’est de l’Ukraine depuis 2014. Outre l’utilisation d’armes à feu, il y est question de bombardements, d’explosifs et de drones. Le séparatiste Aleksandr Zakharchenko a par exemple été tué lors de l’explosion d’un café le 31 août. Les États-Unis ont promis d’aider l’Ukraine à combattre l’ingérence russe, en 2019, au cours d’élections qui placeront sans doute une ex-Première ministre séparatiste à la tête du pays. Le conseiller à la sécurité nationale américain John Bolton s’est déjà rendu à Kiev dans cette optique, où il a rencontré le président ukrainien Petro Porochenko, en plus de participer à une parade militaire soulignant l’indépendance de l’Ukraine. John Bolton entend parer à l’ingérence par l’application de la loi ou d’autres « mécanismes », sans préciser quelle loi ni quels mécanismes.

Autre cas en Asie, avec l’île de Taïwan, qui est dirigée par un régime ennemi de la Chine depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, alors que le Parti communiste avait pris le contrôle de la Chine. En 1979, les États-Unis coupaient les ponts avec Taïwan afin de reconnaître le gouvernement de Pékin. Depuis, Taïwan a sa propre monnaie, a érigé son drapeau unique, mais l’Onu ne la considère toujours pas comme un État indépendant. En fait, les Chinois menacent d’user de la force si l’île, encore perçue telle une province, se proclame ouvertement souveraine, ou si une puissance étrangère décidait de l’épauler en ce sens. Dans ce contexte, la Chine a mis en garde les Américains contre ce qu’elle qualifie d’ingérence : des navires du Us Navy longeant les côtes taiwannaises, une loi américaine pour amplifier les déplacements taiwanais aux États-Unis et vice-versa, puis la vente d’armes de Washington à Taipei, la capitale. Bref, on voit bien que les États-Unis ont reconstruit quelques ponts.


En Afrique, aussi, certains accusent les États-Unis d’attiser les conflits et de vendre des armes dans l’objectif d’y maintenir un climat chaotique. À titre d’exemple, l’opposant ougandais Bobi Wine aurait rencontré des représentants de Washington à l’occasion de maints voyages en sol américain. Il y aurait également suivi un cours pour « apprendre à diriger », le tout afin de renverser (supposément) l’actuel président ougandais Yoweri Museveni. Surprise surprise, la Russie et la Chine présentent tous deux des intérêts économiques croissants sur le continent africain, la Russie investissant beaucoup dans l’exportation d’armes (il est question d’une compétition avec les armes américaines, leur substituant même dans certains territoires). La Chine a au moins une base militaire en Afrique et la Russie a déployé 175 « conseillers militaires et formateurs » en République Centrafricaine, en 2018.

Pour conclure, l’ingérence russe aux élections américaines de 2016 n’a sûrement pas fait les manchettes pour rien. Néanmoins, une surcharge d’informations récurrentes de la part des grands médias peut parfois noyer certains enjeux dont nous n’entendons que très peu parler, et qui, pourtant, semblent tout aussi cruciaux. De là se reflète l’importance de s’informer à partir de sources multiples et étrangères. La couverture médiatique accordée à l’ingérence russe montre l’aspect symbolique du dossier, les États-Unis étant perçus en porte-étendard de la démocratie mondiale.

Jérémie Bellefleur




Références :

https://www.24heures.ch/monde/ingerence-russe-kiev-usa-prets-agir/story/24278550


www.theguardian.com/world/2014/may/11/eastern-ukraine-referendum-donetsk-luhansk


www.lapresse.ca/international/europe/201811/11/01-5203762-elections-separatistes-en-ukraine-les-chefs-actuels-lemportent-sans-surprise.php


www.euractiv.com/section/global-europe/news/us-join-eu-in-condemning-sham-donbas-elections/


https://www.huffingtonpost.fr/jakub-korejba/accord-minsk-ukraine_a_21586079/


http://www.donbass-insider.com/fr/2018/11/09/tentative-ingerence-americaine-dans-les-elections-du-donbass/


www.rferl.org/a/us-condemns-russia-backed-separatists-donbas-election-plan/29487151.html


http://euromaidanpress.com/minsk-agreements-faq/



La Chine avertit les USA qu'elle défendra ses prétentions sur Taïwan "à tout prix"- Belga News Agency (français)
Exterieur, mardi 15 janvier 2019


https://reseauinternational.net/ouganda-un-cas-decole-de-lingerence-americaine-en-afrique/


www.lesechos.fr/08/10/2018/lesechos.fr/0302366984123_le-grand-retour-de-la-russie-en-afrique.htm


www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/04/la-chine-s-appuie-sur-l-afrique-pour-construire-une-muraille-face-aux-pays-occidentaux_5350032_3212.html


https://arretsurinfo.ch/la-guerre-americaine-en-afrique



Une soirée acoustique au pays de l’absinthe

Le 5 mai 2018, je me suis retrouvée au Val-de-Travers, situé dans le canton de Neuchâtel, en Suisse. Le Val-de-Travers est une vallée nichée au creux du Jura, une chaîne de montagnes qui longe la frontière franco-suisse. J’ai effectué un échange étudiant à l’Université de Neuchâtel à l’hiver 2018 et j’y ai suivi un cours de journalisme. Pour les nécessités du cours, je devais écrire un reportage sur un évènement de mon choix, ce qui m’a conduite à la couverture d’un duo de concerts à Boveresse, une localité faisant partie d’une enfilade de villages longeant l’Areuse, le cours d’eau principal du Val-de-Travers. J’y ai conduit des interviews avec les membres organisateurs de Hors Tribu, un festival de musique porté bénévolement par la jeunesse de la région. Laissez-moi d’abord vous en dresser le portrait.

Le Val-de-Travers est reconnu pour l’industrie historique d’horlogerie de son village Fleurier, et tout particulièrement comme étant le berceau de l’absinthe. L’histoire de la production et de la consommation de ce spiritueux, également appelé « fée verte », confère un caractère mythique à la région. Il est aromatisé par la plante d’absinthe, qui y est récoltée, séchée et distillée traditionnellement depuis le 18ème siècle. « L'absinthe qui rend fou », selon les dires des instances médicales, religieuses et médiatiques de l’époque, a été interdite dans les années 1910 en France et en Suisse, malgré sa grande popularité au 18e siècle, tout particulièrement au sein des milieux intellectuels et artistiques parisiens. La levée de son interdiction en 2005 n’a pas empêché près d’un siècle de distillation et de consommation clandestine au Val-de-Travers : il était commun d’avoir un voisin avec un alambic dissimulé dans son sous-sol ou de commander un verre d’absinthe en douce au bar du village.

Le Musée Régional du Val-de-Travers et l’association du festival de musique Hors Tribu ont donc allié leurs forces pour souligner la réouverture de la saison d’évènements culturels d’un séchoir à absinthe, au cœur du village de Boveresse. Louison Bühlmann, conservatrice du MRVT, a eu l’idée de leur faire appel pour la planification et la programmation de ces concerts. Le guitariste fleurisan (habitant à Fleurier) Matt Bey et le groupe de jazz manouche vaudois Gadjo ont effectué une performance acoustique sans amplification de bruit, à la demande du musée. Les fonds amassés par le prix d’entrée et la vente de boissons et de nourriture, dont une absinthe distillée spécialement pour Hors Tribu, sont destinés au financement des activités de l’association.

Musée Régional du Val-de-Travers

Musée Régional du Val-de-Travers

Autour du séchoir à absinthe, tout semble rappeler la présence de la fée verte. Les volets des maisons, les herbages environnants et même la lueur des rayons introduits entre les planches du toit sont de cette couleur emblématique du Val-de-Travers. Un chien de berger enjoué et le tintement des clochettes des chèvres du voisinage accueillent les premiers visiteurs sur le site. Un soleil de 18h encore très haut dans le ciel. La structure en bois du bâtiment s’est imprégnée des arômes de la célèbre boisson depuis sa construction en 1859. Des galettes, des pizzas aux légumes et un gâteau sont étalés près des fontaines à absinthe du bar à l’entrée. Plusieurs groupes de personnes discutent au milieu de charrues et de semoirs mécaniques tout droits sortis d’une autre époque. Hormis ses apparences de site d’exposition patrimonial, l’évènement prend l’allure d’une réunion familiale, jusqu’à la vue des chaises ancestrales disposées pour le spectacle. Les spectateurs venus sont prêts pour le premier concert dans l’enceinte de ce bâtiment ancestral du Musée Régional du Val-de-Travers.

32089246_153939808785889_3660018035541934080_n.jpg

Séchoir à absinthe

Pierre-Emmanuel « Pec » Collin, le programmateur des artistes d’Hors Tribu, caractérise le festival par la singularité de son cadre et l’aide qu’il porte envers ses artistes et les autres festivals des environs.

Est-ce que les gens reconnaissent votre festival comme le « festival de l’absinthe? »

Oui, tout le monde connaît le festival comme étant le « festival de l’absinthe. »

Ah oui? Les gens se disent: ah on s’en va au festival de l’absinthe? »

Mais, en même temps, les gens viennent de plus en plus pour la programmation qui a beaucoup de découvertes. Je fais pas mal de salles, je vais dans de petits caveaux pour aller voir des groupes. Les gens ne connaissent pas les groupes la plupart du temps, mais à chaque fois, ils font : « WOW! On a découvert des groupes super! », et c’est vraiment le but en soi de privilégier la région, mais en même temps, tous ces artistes infirmés, ça fait des années qu’ils tournent, ils vont vers nous maintenant pour venir jouer parce qu’ils trouvent ça sympa! C’est petit, on n’a pas de super loges, mais c’est limite « So cute! » .

Oui! L’endroit a beaucoup de charme!

Oui, t’es dans un autre petit monde, ici! T’es vraiment dans un petit trou tout adorable, un petit bout de vallée! T’as les étoiles et t’as le ciel qui est juste grandiose à voir! Tu te dis « Qu’est-ce qu’on fait là? ». Il n’y a rien d’autre! T’es dans un petit monde, à part!

Quand tu m’as dit que tu allais dans des caveaux, tu te limites à la région ou tu vas en voir ailleurs aussi?

Par exemple, hier j’étais à Bienne. J’ai vu une artiste que j’avais mise au programme de Hors Tribu l’année dernière, et là, je suis allé la revoir. Elle était en duo, sans son groupe, et c’était tellement bien! C’est une artiste folk vraiment super. Je vais voir les artistes que j’ai déjà programmés. On a toujours un contact avec les artistes. Ils savent qu’ils sont tous les bienvenus chez nous. Et pour moi, c’est une raison de plus de les revoir! Quand j’aime, j’encourage beaucoup et j’essaie de les reprogrammer ailleurs. J’en parle aux programmateurs d’autres festivals que je connais : « Elle est super, lui aussi il est super! Ce groupe, prends-le, ça vaut le coup! ».

Comme tu le dis, votre festival donne un coup de pouce non seulement aux artistes émergents, mais contribue aussi à la richesse de la programmation d’autres festivals. Cependant, crois-tu qu’un esprit de compétition règne entre vous?

Non, mais bon. Il y en a certains qui ne pensent qu’à l’argent, mais là, nous ne sommes pas  du tout dans cette optique et nous sommes pas mal à se partager ça. Beaucoup de programmateurs suisses ou des environs passent au festival parce que, déjà, l’ambiance est sympa, mais, en même temps, pour découvrir des groupes, et je sais que vais les retrouver dans leurs salles plus tard! Ce qui est vraiment cool pour les artistes!

Toutes les parties prenantes du festival, ou bien « festoche », comme on l’entend sur les lieux, se prêtent main forte pour faire rayonner le talent et l’expertise locale. Edith Matthey, la responsable des communications de Hors Tribu, explique que « toute la nourriture vendue sur le site provient de maraîchers et de bouchers régionaux et que tous les commanditaires ont contribué sans problème. » Pour elle, il serait impensable de ne pas contribuer à l’économie locale : « Nous ne faisons pas nos courses en France, tout reste dans le vallon! » .

À la soirée de concerts organisée au séchoir à absinthe, ce climat d’entraide caractéristique aux événements de Hors Tribu se manifeste aussi entre les festivaliers et les organisateurs. Par exemple, un festivalier se propose pour mettre aux fourneaux les lasagnes préparées pour les artistes invités dans sa propre demeure avoisinante lorsque les organisateurs se rendent compte qu’elles ne rentrent pas dans leur four, ou bien Matt Bey, un des artistes du concert, se disant porter une « double casquette », puisqu’il a fait partie de l’organisation des éditions précédentes des événements du festival.

Malik Lechekhab, faisant également partie des organisateurs, parle de « transfert de savoir intergénérationnel » pour décrire l’entraide entre les anciens et nouveaux membres du comité d’organisation du festival. En effet, ils peuvent compter chaque année sur les anciens membres pour leur soutien et leurs conseils, entre autres pour le montage de tentes ou de morceaux de scène. Il affirme que le festival « vit par l’entraide », entre autres grâce au soutien de la commune, qui leur fournit du bois, des extincteurs, ou du matériel ignifuge, par exemple.

Ce duo de concerts acoustiques organisé par Hors Tribu et le MRVT a représenté pour moi un microcosme de ce que j’ai apprécié de la société suisse. C’était un évènement à taille humaine qui reconnaît et valorise le savoir-faire régional parce que les jeunes et les moins jeunes s’unissent pour célébrer le patrimoine, la force et l’unité du pays de la fée verte. J’ai senti que les organisateurs s’unissent pour rendre un hommage à la beauté et l’unicité de leur région et ce, de la meilleure façon qui soit.

Lausanne Côté-Pouliot, rédactrice du Commedia

32089868_153939732119230_1356838820879794176_n.jpg

Baby : amour, argent et prostitution. Ce que retrace la nouvelle série italienne de Netflix

Baby.png

Après la diffusion et le succès de la série espagnole « Elite », le 8 Octobre 2018, c’est au tour de l’Italie de lancer sa toute nouvelle teen série avec « Baby », dont les premiers épisodes sont apparus durant la fin du mois de novembre. La série italienne retrace l’histoire de deux adolescentes : Chiara, l’étudiante et athlète modèle, tissant un lien d’amitié avec Ludovica, une élève rebelle, issues toutes les deux des beaux quartiers de Rome. Mais les deux jeunes femmes ressentent l’envie de dépasser leurs limites pour s’échapper de leurs milieux familiaux abîmés dans lesquels elles ont grandi.

L’histoire n’est pas venue de l’imagination des productions Netflix, car « Baby » retrace l’histoire vraie et sordide d’un scandale ayant secoué l’Italie en 2013, à propos de deux jeunes filles de 14 et 15 ans venant du riche quartier de Parioli, à Rome, ayant embarquées dans un réseau de prostitution pour pouvoir atteindre leur indépendance et s’acheter des vêtements de luxe. Un scandale nommé « Baby Squillo » qui impliquait à l’époque les deux jeunes filles désignées respectivement sous les faux noms d’Agnese et Angela, mais aussi une douzaine de filles qui auraient été aussi impliquées dans le réseau. C’est la mère d’Angela qui aurait prévenu la police concernant le comportement et les revenus étonnants de sa fille.

Les deux filles ont été arrêtées après avoir publié une annonce sur google à propos d’une opportunité de se faire de « l’argent facile », en Juillet 2013.  La mère d'Agnese a été condamnée à six ans de prison et à une amende de 20 000 euros après avoir été reconnue coupable d'avoir présenté les filles à des clients tout en ayant retiré un revenu de leur exploitation. D’autant plus que Mauro Floriani, époux de la députée européenne Alessandra Mussolini, avait avoué avoir entretenu une liaison avec l’une des jeunes femmes, persuadé qu’elle était majeure. Il a été condamné pour cette liaison et a fait de la prison.

Rappelons que si la prostitution n'est pas illégale en Italie, avoir des relations sexuelles avec une femme de moins de 18 ans constitue tout de même une infraction pénale passible d'une condamnation à six ans de prison.

À peine sortie, cette nouvelle série Netflix fait déjà polémique ! Le Centre national de lutte contre l’exploitation sexuelle, une organisation américaine, accuse Netflix d’encourager le trafic sexuel. C’est dans un article du Entertainment que Dawn Hawkins, directrice exécutive du Centre national de lutte contre l’exploitation sexuelle, déclare :

« Bien qu’elle soit à l’état zéro du mouvement #MeToo, Netflix semble être devenue complètement sourde aux réalités de l’exploitation sexuelle »

Elle reprend avec :

« Malgré le tollé suscité par les victimes de la traite à caractère sexuel, les experts en la matière et les fournisseurs de services sociaux, Netflix encourage la traite à caractère sexuel en insistant sur la diffusion en continu de Baby. Clairement, Netflix donne la priorité aux bénéfices par rapport aux victimes de maltraitance. »

https://ew.com/tv/2018/11/29/netflix-baby-sex-trafficking/

Dawn Hawkins y va peut-être un peu fort avec ses propos, car la série Netflix est seulement une adaptation d’une polémique qui a eu lieu il y a quelque temps à Rome, le tout enrobé d’images très soignées et d’une soundtrack très moderne, mais n’apportant aucun jugement sur les femmes et ceux qui les entourent. Elle aborde principalement des thématiques comme le slut-shaming (qui consiste à rabaisser ou culpabiliser une femme à cause de son comportement sexuel) et la prostitution infantile, mais s’interroge aussi sur le rôle des parents et de l’éducation dans les choix de vie des enfants.

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle série ?

 

Si vous ne la connaissez pas ou si vous ne l’avez pas encore vu, voici le lien du trailer officiel : https://www.youtube.com/watch?v=2O5ZyTqFbe8

Et un lien cadeau vers la playlist de toutes les musiques que vous pourrez retrouver tout au long de la série pour vous éviter de shazamer à chaque instant! 😉 https://open.spotify.com/playlist/3FXA8mVemK2CpjumcyQBqP?fbclid=IwAR1cOnm59vPlX7CYQXEsQcz52VVQh04sPz0W5CMG-eYOlw5KiNNh0t5sdzM&si=FlEbS_UVTaqVKtSjdZYrIw

Écrit par Lillou Allart, Rédactrice du COMMEDIA

L’expérience de l’étude à l’étranger, bonne ou mauvaise idée ? 

46507464_256185428397759_8365870919876345856_n.jpg

Tu as toujours voulu voyager, découvrir de nouvelles cultures et explorer le monde ? Partir étudier à l’étranger peut être un excellent moyen de t’adapter à un pays. Si jusqu’à maintenant tu étais encore incertain à ce sujet, voici un article qui devrait t’aider à te décider.

Comment parler des études à l’étranger sans parler de ma propre expérience ? Je suis une jeune étudiante française qui a toujours aimé l’exploration et la découverte de nouvelles cultures. J’ai donc choisi de partir au Canada. Je vais partager avec vous mon ressenti global de cette expérience.

Tout d’abord, il me semble essentiel de choisir un pays dans lequel on pourra se sentir plus en confiance, par exemple avec une proximité au niveau de la langue ou encore en choisissant de rester sur le même continent, dans un pays voisin par exemple. 

Lorsque vous commencez à vraiment vous intéresser à votre orientation (en allant dans des portes ouvertes d’écoles, de facultés, etc.), les établissements font pour la plupart en sorte de mettre en avant le fait qu’au bout d’un certain temps il est possible de faire un stage à l’étranger ou autre ; une sorte d’ouverture au reste du monde. Ce qui a été mon cas lorsque j’ai commencé à m’intéresser à plusieurs établissements en France, qui vendaient tous la même chose. Il est vrai que c’est un bon moyen pour rester proche de ce que l’on connaît tout en s’évadant le temps d’un semestre, mais j’avais soif de quelque chose de plus grand.

Alors pourquoi ai-je préféré partir vers l’inconnu plutôt que de choisir la sûreté ? 

Tout simplement parce je ne savais pas si une telle occasion se représenterait un jour. Cela a également accéléré mon insertion dans la vie adulte. Partir de son pays d’origine et recommencer un nouveau chemin autre part est une décision très difficile, il faut prendre en compte bon nombre de choses et surtout bien y réfléchir. Se plonger dans un nouveau système éducationnel et dans une toute autre culture ne peut être que gratifiant et enrichissant pour vous. Grâce à cela, vous apprenez à être autonome et responsable, vous recommencez réellement votre vie ailleurs, en quelque sorte. J’entends par là le fait que vous devez être doté d’une grande maturité puisque toutes les responsabilités dont vous n’étiez pas vraiment concernés auparavant vont maintenant faire partie de votre quotidien. Le simple fait de faire la démarche pour pouvoir rentrer dans un pays légalement est parfois complexe ; mais lorsque vous aurez accès à ce privilège, vous n’en serez qu’encore plus heureux et satisfaits.

S’installer dans un autre pays par ses propres moyens est parfois éprouvant et dur ; vous quittez votre famille et vos amis, vous vous lancez dans quelque chose de totalement inconnu, et, pourtant, c’est le genre d’expérience qui nous fait ressortir plus mature que jamais. Durant cette période, vous allez découvrir votre école/université ; vous allez nouer de nouvelles relations et rencontrer énormément de personnes dans le même cas que vous. Vous vous rendrez compte que vous n’êtes pas seul et cela va énormément vous aider et vous motiver. Il me semble aussi important d’ ajouter que cette chance n’est pas offerte à tout le monde, ne serait-ce qu’au niveau financier, et que c’est pour cela qu’il existe de plus en plus de subventions, ou encore des bourses pour aider les jeunes étudiants à se lancer dans ce genre d’aventure.

Je pense qu’il faut tout de même garder les pieds sur Terre et se rendre compte qu’il faudra faire des concessions sur certaines choses. Cependant, la finalité de cette expérience va tellement vous enrichir que les problèmes que vous pouvez rencontrer seront minimes à côté. 

Je finis par vous dire, qu’évidemment, étudier à l’étranger est l’une des meilleures décisions que j’ai prises, de par le fait que j’ai enfin compris ce que signifiaient les responsabilités et l’indépendance. Cela m’a permis de faire des rencontres formidables ; de visiter et de découvrir énormément de choses que j’ignorais totalement. 

Ce genre d’opportunité ne se présente que très rarement pour la plupart des étudiants, il faut donc savoir saisir cette chance dès que vous le pouvez, il faut savoir en profiter au maximum, au risque de le regretter. 

Vous avez littéralement l’opportunité d’explorer ce nouveau monde qui n’attend que vous, lancez-vous ! 

Écrit par Claire Donnefoy, Rédactrice du COMMEDIA

Ce que tu dois offrir pour Noël cette année

46404123_268281127365853_1697200621012123648_n.jpg

Le temps des fêtes arrive avec ses gros caps d’acier que tu le veuilles ou non. Alors, tu es mieux de te minder tout de suite et de prendre le rythme tranquillement parce que les chansons de Noël vont te gifler en pleine figure la prochaine fois que tu vas aller à pharmacie. T’inquiètes pas,  je suis là pour kidnapper ta panique et pour te tremper un peu dans le bain de la fête de Rudolph et de toute sa gang, mais tout en douceur, ne t’inquiètes guère.

Lorsqu’on parle de ce temps de l’année, on parle également du gros dilemme de quoi acheter à maman, papa, la sœur, et aux nombreuses autres personnes avec qui on a pris inconsciemment l’engagement de faire des échanges de cadeaux. C’est compliqué quand tu y penses ; réfléchir à quelque chose qui va leur faire plaisir, individuellement. On connaît bien des choses sur eux, mais parfois on reste très indécis par rapport à l’objet spécifique qu’on va offrir sous le sapin. On a peur qu’ils ne l’apprécient pas, qu’ils nous trouvent trop cheap ou qu’ils l’aient déjà à la maison, mais veux-tu que je te simplifie la tâche drette-là? Veux-tu que je te révèle le secret le plus magique de tous, la solution à ton problème? Fais-le plus beau cadeau à ta parenté cette année en leur offrant de ton temps, ce vagabond qui est parti il y a quelques années quand ton ami loyal l’école et son coloc l’emploi sont entrés dans ta vie. Je pense qu’un bon souper au resto ou bien, pour les budgets serrés, un souper cuisiné avec tes talents maladroits et plein d’amour vont faire amplement le travail. Je suis certaine que ça bat à coup sûr le parfum de Nina Richi ou la montre Daniel Wellington, bien au-delà ! Puis, ton ami que tu entrevois dans le bus, mais avec qui les horaires ne concordent jamais, amène-le voir un concert ou offre-lui une carte-cadeau pour le spa afin de passer un petit moment de détente et d’échange. Quand tu te prends d’avance et que tu as déjà entrepris les paiements, c’est dur de dire non, hein? Qui peut refuser une invitation clé en main? Pas moi.

Entretiens tes relations en offrant du temps à tes proches. Quant à moi, c’est la chose la plus hot que tu peux donner, mais ça ne se commande pas sur Amazon et ça ne se paye pas en majorité avec ton argent, mais en partie en dévouement comptant. Cette année, évite-toi un détour aux Promenades St-Bruno et au Centre Eaton dans une ambiance un peu trop chaotique, rempli de gens sur le speed de Santa Claus, et fais donc un tour sur Groupon afin de dénicher les meilleures idées de sorties à prix réduit. Tu peux aussi regarder dans les évènements Facebook près de chez toi. Parfois, les meilleures occasions ne sont pas trop loin et quelque fois pas trop chères également. Facebook ne sert pas seulement à partager des memes et des vidéos de chats.

Penses-y, dans un monde fou comme le nôtre où les réseaux sociaux remplacent le contact humain, le temps en face-à-face est précieux. C'est comme un cadeau pour toi aussi. Les deux pour un, on aime ça.
Penses-y ; fa-la-la-la-la !

Écrit par Sandrine Demers, Rédactrice du COMMEDIA

Un âge d'or pour le journalisme? Entrevue avec Marc Laurendeau

Marc Laurendeau n’en est pas à sa première entrevue. Tantôt humoriste au sein du quatuor des Cyniques de 1963 à 1972, tantôt journaliste, tantôt professeur à l’Université de Montréal, Marc Laurendeau s’est illustré par une polyvalence sans égale. À travers ses nombreuses professions, il s’active à partager son expérience et sa passion du journalisme.


« On ne peut pas imaginer une société où il n’y aurait pas de journalistes. »

-Marc Laurendeau


Le 2 octobre dernier, le journaliste Jamal Khashoggi est assassiné dans l’ambassade saoudienne en Turquie. Cet assassinat montre avant tout un désir de faire taire ces journalistes qui dérangent. Un lien direct se crée avec l’affaire Jim Acosta, le journaliste de CNN pris à partie par Donald Trump. Ces événements rappellent à quel point la profession est importante dans nos sociétés. Les temps changent, le journalisme aussi. À travers cette actualité, Marc Laurendeau nous décrit son expérience et sa vision du métier qu’il exerce depuis 45 ans.

Vous avez animé la revue de presse pendant près de 22 ans à la radio de Radio-Canada, pouvez-vous décrire en quoi consiste votre travail ?

Oui, pendant 22 ans j’animais la revue de presse, c’est-à-dire, je résumais les principaux courants d’opinion dans les journaux et les magazines. Au fond l’idée, c’est que les gens soient informés des principaux courants d’opinion, ici, et à l’international. Ça s’est accéléré dans les années 1997, à la mort de Diana. J’ai constaté que nous n’avions plus, dans les journaux papiers, accès aux sources. Alors ce matin-là, c’est par Internet que j’ai été chercher l’information. Et il y a eu le 11 septembre 2001, qui lui a changé la couverture à Radio-Canada et l’a rendue beaucoup plus internationale. Cet événement a également changé le contenu de ma revue de presse ; elle restait nationale, mais est devenue plus internationale. Moi je voyais ça comme un service que je rendais aux gens. Je passais des heures et des heures à lire et à résumer pour que les gens ne manquent rien de ce qui est important. Ce n’est pas pour imposer une opinion, c’est pour les aider à s’en faire une.


Vous avez parlé de deux événements, la mort de Diana et le 11 septembre. Font-ils partie des éléments qui ont participé à la transformation du journalisme ?

Oui, le 11 septembre, pour ceux qui étaient repliés sur eux-mêmes et sur l’actualité de proximité, ça pousse les gens à se remettre en question. Ces événements forcent au questionnement, à la réflexion. Je donne un cours à l’Université de Montréal, Analyse de l’actualité. On a parlé tout le long du cours de cet événement. C’était tellement fort ce qui est arrivé. Il y a eu une espèce de mondialisation des préoccupations. Diana, c’était dramatique, oui, mais l’impact était moins important. On s’est surtout rendu compte que pour être bien informés, il fallait qu’on sache ce qu’on disait à Paris et à Londres. Il y a eu deux enquêtes pour déterminer la responsabilité de sa mort. À Paris, on parlait des paparazzis, en Angleterre, on parlait plus de la théorie du complot. Notamment à cause d’Al-Fayed, le père de Dodi Al-Fayed, compagnon de Diana, qui a accusé le prince Philip et le MI6. Finalement, c’est le chauffeur Henri Paul qui a été désigné comme le coupable. Ces événements ont été deux grands chocs.


Plus récemment, la mort de Khashoggi a ébranlé la scène mondiale. Quel est votre point de vue sur ce meurtre ?

C’est un crime du régime. Tous les soupçons se portent sur le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS), car c’est impensable qu’une action comme celle-là puisse arriver. Faire venir des gens de l’extérieur pour assassiner Khashoggi dans un consulat, on ne peut pas faire ça sans l’autorisation des décideurs du régime. MBS brouille les pistes et fait en sorte de laisser croire que ce n’est pas lui… C’est un crime du régime, comme jadis, l’affaire Ben Barka. En France, en 1965, un opposant au Roi Hassan II du Maroc disparaît en se rendant à la brasserie Lipp. Il a été kidnappé puis torturé par Oufkir. Le souverain a permis à son homme de main Oufkir, qui était le ministre de l’Intérieur, de commettre un crime. Même si dans ce cas, le lien entre les deux est moins démontrable. Le meurtre de Khashoggi en dit long sur le régime saoudien. Ça donne une autre couleur à cette libération de l’Arabie saoudite, ce côté cruel. On retourne au Moyen Âge avec un sombre assassinat comme celui-là.


Alors que certains dirigeants comme Trump pour les États-Unis, et Bolsonaro pour le Brésil, tendent à limiter l’influence du corps journalistique, quelle est la place de la profession dans le monde actuel ?

Aux États-Unis, il y a toute une partie de la population qui suit Trump, qui pense que le journalisme est l’ennemi du peuple. Il y a un recul démocratique sur ce plan-là. Mais ce n’est pas toute la population. Il existe des contrepoids. Il y a eu cette querelle avec ce journaliste, Jim Acosta, qu’on a voulu exclure des conférences de presse de la Maison-Blanche. Les tribunaux l’ont rétablis dans ses droits. Si Trump pouvait faire ce qu’il veut, comme MBS, il y a longtemps que l’enquête sur la Russie serait finie. Si Trump met fin à l’enquête du procureur spécial, Robert Mueller, sur la collusion avec la Russie, nous aurons sous les yeux une réelle crise constitutionnelle. Malgré qu’il soit entouré d’un noyau dur de sympathisants, il y a aussi une large partie de la population très inquiétée par lui. En même temps, c’est une période où le journalisme de qualité se distingue. Le « New York Times », « Washington Post », Bob Woodward et son livre « Fear », sont trois exemples formidables. En réponse à votre question, je pense que les grands médias font un travail remarquable, c’est important qu’ils soient là. Paradoxalement, Trump est en train de créer un âge d’or du journalisme grâce à ces « Fake News ». Cela offre une image de rigueur et de transparence à la profession. Nixon l’avait créé cet âge d’or, on en est nostalgique de cette période du Watergate de 1974.


La présidence de Trump tend-elle à donner plus d’importance et de légitimité au journalisme ?

Oui, exactement. Les républicains, si on parle de Trump, ce sont des carpettes qui suivent tout ce qu’il dit. On l’a vu au Sénat, personne ne s’élève quand il dit des choses racistes. Ils ne pensent qu’à se faire réélire, collés à lui. Mais ils en payeront un jour le prix. Trump est attaqué de toutes parts, il riposte en prétextant les « Fake News ». Le président dit que les informations sont des « Fake News », alors que ce sont de vraies nouvelles, mais les gens ne discernent pas forcément le vrai du faux. Ils ont l’habitude de recueillir leurs nouvelles sur leurs propres fils de presse qu’ils se sont fabriqués sur les réseaux sociaux. Alors, les médias ont un rôle plus difficile à jouer à cause de ça. Mais lorsque les organes de presse jouent bien leur rôle, sortent de la nouvelle tous les jours avec des analyses appuyées, les médias deviennent d’une importance capitale.


Vous dîtes dans le documentaire « Personnalités », je cite : « on met beaucoup d’opinions, peu de pensées. », lorsque vous parlez des médias sociaux. Quelles sont les approches possibles au contrôle de ce qu’on appelle le journalisme citoyen ?

Il y a plusieurs nuances à faire : le journalisme citoyen, pour moi, c’est un peu ce qui se passait en Iran, en 2009, lors de la Révolution verte. Les gens disaient « Où est mon vote ? », car il y avait une immense fraude électorale qui se préparait. Et justement, les Iraniens étaient très bons sur les réseaux sociaux. Cela permettait de partager des informations que les médias officiels ne pouvaient pas diffuser. Dans beaucoup de pays, lors du printemps arabe, c’était comme ça. Le rôle des médias traditionnels, c’est de réutiliser ces informations. Pas aveuglement, il faut vérifier s’il s’agit de sources solides. Dans le cas contraire, il faut les remettre en contexte. Pour moi, c’est ça le journalisme citoyen. Les médias sociaux où chacun donne son opinion, où il y a un déferlement de messages presque haineux, comme Trump en fait, ça, ce n’est pas utile. C’est malsain et certaines personnes s’en nourrissent. Ce n’est pas du journalisme citoyen, c’est de l’opinion.


Les médias régionaux au Québec connaissent une crise importante. Quelle est la place du journalisme de proximité ?

Je souhaite leur survivance. C’est important dans une ville, même si tout le monde se connaît et que c’est difficile de faire quelque chose d’un peu critique. C’est difficile, car les élus font souvent pression, les commanditaires également. Ils restent cependant essentiels pour la liberté de presse. C’est un rôle compliqué, de nombreux journalistes commencent dans de petites localités. Ce journalisme est en régression, et ça, je le déplore. On ne peut pas s’informer qu’avec les grands médias internationaux. Pendant un temps, j’ai habité à Outremont. Il y a notamment « L’Express d’Outremont » qui a eu véritablement un rôle d’éclairage lors des scandales de favoritisme au conseil de ville.


Pouvez-vous m’expliquer en quoi une nouvelle est d’intérêt public ?

Prenez cette nouvelle que nous apprenions aujourd’hui : les gens de Bombardier auraient peut-être, c’est au conditionnel, bénéficié d’une espèce de délit d’initié. Ils auraient vendu des actions en ayant de l’information privilégiée. Ça n’a pas encore été démontré par le tribunal, mais ça en dit long sur la mentalité des dirigeants de Bombardier s’ils sont reconnus coupables. Ces gens-là ont des comptes à rendre. Ils ont maintenu la compagnie grâce à l’aide de fonds publics. On parle d’un milliard de $ US de la part du Québec et ils ont augmenté leur rémunération. En ajoutant cela au délit d’initié, c’est grandement d’intérêt public, plus que de connaître la vie privée de Kim Kardashian. Les gens ont tendance à s’attarder sur des nouvelles ludiques. Il faut que les journalistes combattent cela, même si les nouvelles ne sont pas éclatantes.


Qu’avez-vous à dire aux futurs journalistes ?

Il faut justement prendre en compte que le journalisme change. Je vois toutes sortes de carrières. La manière dont je suis rentré dans la profession, c’est une manière très personnelle que je ne peux pas conseiller à tout le monde. J’ai rédigé mon mémoire de maîtrise en droit et en sciences politiques, en 1973, sur le Front de libération du Québec. Cela m’a appris de nombreux codes du métier de journalisme, comme les entrevues, l’organisation de la matière, mais surtout comment faire des contacts. Sans que je m’en rende vraiment compte, ce projet m’amenait vers cette profession. Donc oui, le journalisme est encore essentiel. Il y a moyen de bien gagner sa vie, même si les modèles économiques vont changer. Radio-Canada dépend du gouvernement. Stephen Harper était très hostile à Radio-Canada. Avec Trudeau, on constate une plus grande ouverture, mais on dépend toujours du gouvernement. Il existe un comité de financement des médias qui étudie une hypothèse : celle de financer des médias qui répondent à certaines exigences. Les médias, donc, vont se transformer. Le métier est plus difficile à cause de la confusion des genres et de l’info-spectacle qui se substitue, pour des raisons commerciales, au vrai journalisme. Mais il y aura toujours de la place. On ne peut pas imaginer une société où il n’y aurait pas de journalistes. On ne s’informerait que par les réseaux sociaux, ça serait une catastrophe. Les émetteurs de nouvelles et d’opinions ne sont soumis à aucune éthique et n’ont aucun entraînement. Les modèles économiques vont changer, les gouvernements vont être appelés à intervenir plus, à soutenir différents médias, même. La population ainsi que ses dirigeants vont sentir le besoin de conserver un journalisme rigoureux et de qualité.

Écrit par Florentin Roy, rédacteur du Commedia






Le mouvement « On est prêt »

46505890_2270755999838757_6509014295613800448_n.jpg

Qu’est-ce que c’est ? 

C’est une organisation qui a été créée par des influenceurs dans le but d’améliorer notre climat et de préserver l’environnement. C’est un mouvement qui a vu le jour en France et a été instauré sur les réseaux sociaux au début du mois de novembre. Plus de 130 influenceurs (youtubeurs, bloggeurs, humoristes...) y participent et tentent de sensibiliser leur communauté chaque jour. 

Comment ça marche ?

La base même de ce concept est de relever un défi chaque jour pour réduire son empreinte sur l’environnement pendant 30 jours, soit du 15 novembre au 15 décembre 2018. Chaque jour correspond donc à un nouveau défi.

Le but est de rallier le plus de personnes possible à la cause afin que chaque défi, durant ce mois, soit adopté en tant que réflexe et habitude.  Les défis proposés sont des actions simples à réaliser. Le plus souvent, ils ne prennent que quelques minutes. Pourtant, leur impact sur l’environnement est énorme. Par exemple, le simple fait de remplacer vos bouteilles plastiques par une bouteille en inox (réduction de la consommation de plastique) ou encore de supprimer vos mails (réduction de notre empreinte numérique) contribuerait énormément à la préservation de notre planète. 

Quelques chiffres (tirés du compte Instagram @onestprêt ) : 

-      Si 50 000 internautes effacent 1000 e-mails de 1Mo, 300 tonnes de CO2 sont évitées, soit 300 allers-retours entre Paris et New York !

-      Le monde produit en moyenne 348 millions de tonnes de plastique par an. Entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans.

Pour le moment, c’est le 9ème jour de ce mois de défis. C’est pour cette raison qu’il faut partager cette cause au maximum autour de vous. Vous avez le temps et, surtout, les moyens de participer au bon développement de la planète ; et ce, simplement en quelques gestes. 

Alors, si vous aussi vous vous sentez concernés par l’avenir de votre planète et que voulez contribuer à la cause, soyez prêts avec nous ! 

Rejoindre le mouvement : 

Facebook : https://www.facebook.com/onestpret2018/

Twitter : https://twitter.com/onestpret

Instagram : https://www.instagram.com/onestpret

Site web : onestpret.fr

Écrit par Claire Donnefoy, Rédactrice du COMMEDIA

Les libéraux et leur rêve d'un pipeline vert

Tout le monde le sait : en matière d’environnement, Justin Trudeau navigue entre deux eaux. D’un côté, il en exploite les ressources ; les sables bitumineux en premier plan. De l’autre, il tente de renouer avec l’image d’un Canada vert sur la scène internationale… Du moins, était-ce le cas au début de son mandat, alors qu’il cherchait à se détacher de Stephen Harper et de son manque d’ambition assumé.  Mais à l’heure des comptes, alors que les élections approchent, le premier ministre se fait critiquer de toutes parts.

En 2015, durant les élections, j’ai dû arrêter de compter le nombre de fois où Justin Trudeau affirmait haut et fort qu’il avait un « plan ». Un plan pour à peu près tout. Un plan qui combinerait à merveille économie et environnement : un modèle mondiale en développement durable, ni plus ni moins. C’est pourquoi bien des gens étaient restés surpris lorsque son discours de victoire avait omis le mot « environnement ». Un oubli permanent? Les caméras, avides de filmer ses actions, braquées sur lui à la Cop21, ont vite changé de cap.

Je ne mêle en rien le rouge à l’orange ; la couleur libérale semble peu congruente aux tons plus osés des solidaires du Québec. Le parti au pouvoir se veut surtout libéral dans ses objectifs économiques et ne s’en cache nullement, d’ailleurs. Aux dernières élections fédérales, Trudeau était déjà clair sur ce point : il allait concilier environnement et projets de pipelines dans un même projet d’avenir. Son gouvernement fut élu sur ce point parmi d’autres. Cependant, voilà que les écologistes (y compris Greenpeace) qu’avait réussi à convaincre le jeune chef libéral se retournent contre lui, et qu’ils manifestent contre ce « plan » aux multiples ambiguïtés. L’inestimable appui de la Colombie-Britannique conférait aux opposants un poids de taille, ce qui a poussé Ottawa à racheter le pipeline Trans Mountain, histoire de préserver les emplois anticipés. En effet, les menaces de Kinder Morgan quant à une annulation de leur projet de pipeline, en raison des complications liées au protestations pro-environnementales, ont mis de l’avant les priorités réelles de notre gouvernement (et conduit à l’achat dudit pipeline). Les conséquences appréhendées tournent notamment autour d’un risque accru de déversements et d’accidents maritimes (en raison du retraçage des voies navigables). Greenpeace croit maintenant que les positions du gouvernement entrent en contradiction avec les droits des communautés autochtones, qui sont pourtant l’un des chevaux de bataille du cabinet Trudeau. Ces communautés ont toujours souligné les nombreux effets nocifs du projet et leur impact fut indéniable dans la décision d’en suspendre le cours. On les a ignoré. Pour un gouvernement qui s’était fixé comme objectif de « Rétablir ( suite aux débâcles du gouvernement Harper) une surveillance rigoureuse et des évaluations environnementales approfondies dans les domaines qui relèvent de la compétence fédérale », cela laisse à désirer. Elizabeth May, chef du Parti vert, considère qu’il s’agissait du « pire processus d’examen environnemental de notre histoire ». Toujours en lien avec ce dossier, deux autres vieilles promesses (environnementales) des libéraux semblent avoir disparu dans la brume :


  • Garantir que les décisions se fondent sur des faits et sur des données scientifiques et probantes;

  • Obliger les promoteurs de projets à choisir les meilleures technologies pour réduire les répercussions sur l'environnement.

Plus récemment, en 2018, le gouvernement canadien a reconnu qu’il n’atteindrait pas les cibles de réduction de GES, tel que convenu par les accords internationaux. Invité à Tout Le Monde en Parle il y a quelques semaines, monsieur Trudeau a toutefois insisté : Ottawa va réussir à réduire ses émissions de 30% d’ici 2030 (représenté par le segment gris dans le tableau ci-dessous).

Source: Gouvernement du Canada, Vérificatrice générale du Canada

téléchargement (1).png

Cela équivaudrait à une émission de 583 mégatonnes de GES, en 2030, comparativement aux 716-730 mégatonnes de ces dernières années. Selon l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), cela n’arrivera pas, vu l’actuel contexte d’exploitation des sables bitumineux. À Tout le Monde en Parle, le premier ministre n’a pas dévoilé grand détail sur la manière d’atteindre ces cibles.

« La Stratégie fédérale de développement durable (SFDD) constitue le plan et la vision du gouvernement pour un Canada plus durable » d’après le site gouvernemental. De 2010 (Harper) à 2016 (Trudeau), voilà un autre « plan » qui n’a pas vraiment évolué, et dont voici les principaux objectifs depuis six ans :

Š ambitieux;
Š donnent une vision à long terme;
Š s’attaquent à des défis et des problèmes importants;
Š restent harmonisés avec les renseignements, les données
et les indicateurs environnementaux;

Š encouragent la souplesse dans le choix des stratégies
pour les atteindre; et
Š tiennent compte des priorités et des engagements
nationaux et internationaux

En bref, il est évident que l’économie constitue un enjeu majeur, et nécessaire, pour toute société. Si les gouvernements dits « économiques » sont portés au pouvoir, tels que la CAQ au Québec, ou les libéraux au fédéral, c’est bien sûr parce qu’on les a élus, normalement en fonction de nos intérêts premiers. Trans Mountain devrait créer 15 000 emplois. Néanmoins, vu le récent mouvement qui se met en marche, teinté par des soucis en environnement et le projet de décroissance, ce genre de gouvernement éprouvera probablement quelques difficultés futures à jouer sur deux tableaux. Bien des politiciens devraient jeter un coup d’oeil à cette fameuse « horloge apocalyptique » : il est minuit moins deux. Pour Justin Trudeau, si « minuit » sonne, ce sera aux élections de 2019.

Jérémie Bellefleur



Références:

http://fsds-sfdd.ca/downloads/SFDD_2016-2019_final.pdf


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/745284/elections-justin-trudeau-promesses-environnement-changements-climatiques-paris


https://iris-recherche.qc.ca/blogue/environnement-quand-trudeau-contourne-les-questions


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1103714/achat-oleoduc-trans-mountain-prolongement-kinder-morgan


https://www.ouest-france.fr/environnement/macron-et-trudeau-jeunes-beaux-et-liberaux-mais-plus-tres-ecolos-5806903


http://www.inspection.gc.ca/au-sujet-de-l-acia/responsabilisation/rapports-au-parlement/sfdd/fra/1516049555545/1516049556050


https://www.ledevoir.com/monde/asie/518483/l-horloge-de-l-apocalypse-avance-a-minuit-moins-deux


Les sauveurs d'enfants

Le métier d’intervenant est assez souvent perçu de façon négative. Ceux qui travaillent   sur l’aspect psychologique (santé mentale, dépression, anxiété, etc.) sont vus comme des aidants. Cependant, ceux qui exercent cette profession dans les centres jeunesses (à la Direction de la protection de la jeunesse – DPJ) sont perçus comme des personnes méchantes. En réalisant un travail universitaire, je me suis entretenue avec une personne travaillant dans ce domaine, et ce, dans une ville défavorisée. Cet intervenant m’a fait voir ce métier sous un autre angle.

Région défavorisée

D’abord, vivre en banlieue et vivre en région, ce n’est pas du tout la même chose. L’Outaouais, une région qui partage une frontière avec l’Ontario, est divisée en quatre municipalités régionales de comté (MRC) : la Vallée-de-la-Gatineau, Les Collines-de-l’Outaouais, Papineau ainsi que Pontiac. On y retrouve également la ville de Gatineau (et d’autres villes avoisinantes) en plus de deux réserves autochtones qui sont le Lac-Rapide et Kitigan Zibi.

Alors que la plupart de ces MRC ont tous les services à leur disposition et sont assez aisées, ce n’est pas le cas de tous. L’intervenant avec qui j’ai fait l’entrevue vient d’un milieu défavorisé, éloigné des grandes villes et oublié des partis politiques. Tous ces facteurs font en sorte qu’il y a de plus en plus de pauvreté. Il y a également une différence culturelle bien présente entre les Premières Nations et les gens qui vivent hors des réserves. Avec un nombre assez bas d’habitants, il n’est pas rare de croiser des visages familiers ou de vieilles connaissances. Alors, pour toutes les raisons énumérées ci-dessus, intervenir dans une région comme celle-là devient un peu plus difficile sur le plan émotionnel.

Quelques statistiques

En 2016-2017, au Québec, on a vu une augmentation de signalements par jour de 4%, ce qui équivaut à 10 situations de plus que l’an dernier. Plus précisément en Outaouais, la région où travaille l’intervenant rencontré, on a obtenu, dans les mêmes années, une moyenne de 17 signalements par jour, ce qui représente une augmentation de 8,5%. Cela veut donc dire que les intervenants ont de plus en plus de travail à faire. Un aspect qui vient faciliter leurs interventions est la coopération des parents et de la famille. Sans cette coopération, il est beaucoup plus difficile d’aider l’enfant et, en même temps, la famille en question.

L’envers de la médaille

Une grande partie des gens ont un regard négatif sur ce métier. Les intervenants sont trop souvent perçus comme des gens qui enlèvent des enfants et adolescents à leurs familles, ce qui est totalement faux. Ils n’interviendront que s’ils doivent le faire, et ce, dans le but de protéger les enfants. Le sentiment de réussite qu’ils ressentent après une intervention est inimaginable et c’est ce sentiment qui fait en sorte qu’ils continuent. Les actions des intervenants touchent des gens et elles font une différence dans la vie de plusieurs personnes. Mettre un sourire sur le visage des enfants qui souffrent et qui sont malheureux est l’un de leurs objectifs les plus importants.

Aussi, ce métier manque grandement de reconnaissance. Il est vrai que les médias et les réseaux sociaux nous montrent davantage les cas qui ont mal tournés, mais qu’en est-il des histoires qui finissent bien? Il faudrait peut-être commencer à montrer des cas de réussite. Dans mon entrevue, l’intervenant m’a dit qu’il connaît beaucoup de belles histoires et que chaque intervenant de la protection de la jeunesse, partout au Québec, a une histoire à raconter qui ferait en sorte que les gens comprendraient la beauté de leur travail. Il est vrai que leur métier est difficile et qu’ils ne sont pas toujours bien reçus là où ils vont, mais il reste que leur priorité est l’enfant.

Pour résumer, les intervenants sont dévoués à la cause des enfants. Ils font tout pour sauver ceux qui sont dans le besoin. L’intervenant m’a dit fermement que l’enfant doit être une priorité pour tous, et nous ne pouvons pas être en désaccord avec cette phrase. Respectons les intervenants et appuyons-les dans leurs actions. La coopération est un aspect crucial dans les interventions faites par les centres jeunesses. Alors, ensemble, on peut faire une différence! Faisons briller ce qui mérite de l'être!

Voici les liens qui ont été utiles à mon article :

https://bit.ly/2FfMTsB

https://bit.ly/2SZDqZe


Écrit Par Daryann Gauthier, Rédactrice du COMMEDIA

À propos du journalisme…

Ce que le meurtre de Jamal Khashoggi révèle sur le journalisme.

http://iej.eu/strasbourg/

http://iej.eu/strasbourg/

Le 2 octobre 2018, Jamal Khashoggi est assassiné. Pour un journaliste de profession, mourir de la sorte n’est pourtant pas inhabituel. Cela est représentatif d’un mouvement global où le journalisme tend à être réprimé. Un sentiment qui amène à une question : quelle est la place du journalisme dans nos sociétés actuelles ?

https://www.premiumtimesng.com/news/top-news/293528-how-saudi-arabia-may-have-spied-on-jamal-khashoggi.html

https://www.premiumtimesng.com/news/top-news/293528-how-saudi-arabia-may-have-spied-on-jamal-khashoggi.html

Cette nouvelle n’est pas passée inaperçue aux yeux de la communauté internationale. Le 2 octobre, Jamal Khashoggi entre dans l’ambassade turque d’Arabie Saoudite, son pays d’origine, pour un simple document en vue de son futur mariage. Il n’en ressortira jamais. Deux semaines plus tard, le verdict tombe : Jamal a été exécuté par les services secrets saoudiens.

Il reste encore des parts d’ombre dans cette affaire. Cependant, une chose est sûre, l’Arabie Saoudite a voulu faire taire ce journaliste. Dans les faits, Jamal Khashoggi a critiqué de nombreuses fois le prince héritier Mohammed Ben Salmane ainsi que les différentes interventions de contrôle dans la région qu’organisent Ryad, siège du gouvernement saoudien.

Ce meurtre est signe d’un élément bien plus important, soit la force de l’information et des médias. Cette force fait peur, particulièrement dans les hautes sphères de l’État, où les secrets sont si bien gardés. Les moyens de diffusion ont bien évidemment changé, alors que l’objectif, lui, est resté similaire au fil des années ; c’est-à-dire informer.

Et c’est là que s’organise un paradoxe pour le moins intéressant. La population a également peur de cette information. Une peur d’être manipulée par les médias, une peur de ne pas tout comprendre. Pourtant, le journalisme, avant tout, c’est ça ; relater des faits.

Mais cette force recule. La politique de Trump a ébranlé les médias américains. Les « fake news » ont participé à la déconstruction de la légitimité du journalisme. Plus récemment, le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro a laissé entendre différentes menaces contre les journalistes brésiliens.

https://www.lejdd.fr/International/jair-bolsonaro-est-il-vraiment-le-donald-trump-du-bresil-3789371

https://www.lejdd.fr/International/jair-bolsonaro-est-il-vraiment-le-donald-trump-du-bresil-3789371

Le 9 octobre dernier, Reporters sans frontières annonçait qu’en date du 1er octobre, 56 journalistes avaient été tués dans le cadre de leur profession en 2018, soit déjà plus qu’au bilan de l’année 2017 (55 personnes). Il n’en reste pas moins que certains journalistes risquent leur vie dans un devoir de liberté pour le bien commun.

Le journalisme est avant tout un maintien de la transparence. Il est légitime de remettre en question une information. C’est le devoir de tous de croiser les données et de prendre du recul sur un évènement. Cependant, il serait dommage d’oublier que ce même corps participe à la liberté de chacun, ainsi qu’à une démocratie plus accomplie.

Écrit par Florentin Roy, Rédacteur du COMMEDIA