S'agenouiller pour mieux se relever

En regardant les dernières nouvelles concernant l’actualité sportive américaine et certains commentaires sur Internet, je me demande comment nous faisons pour être aussi divisés de la sorte. À tous ceux qui me lisent aujourd’hui, je vous le dis franchement, je suis déçu… 

Déçu, mais de quoi? Que de nos jours, malgré le fait que l’on clame haut et fort que nous vivons dans une société moderne prônant l’égalité sociale et raciale ainsi que la liberté d’expression, l’on jette la première pierre (celle-ci bientôt accompagnée par un seau de cailloux) à un geste PACIFIQUE de contestation qui tente simplement de trouer ce supposé voile blanc de perfection dans lequel nous nous enrobons. 

Attention! Je ne dis pas que nous vivons dans une société nord-américaine où le chaos total règne et que les femmes et les enfants se font tués sous nos yeux, mais avons-nous besoin d’en arriver jusque-là pour nous dire : « il est peut-être temps de réagir, non »? 

Comme le dicton le dit si bien : « il vaut mieux prévenir que guérir ».

 Crédit: Thearon W. Henderson AFP / Getty images

Crédit: Thearon W. Henderson AFP / Getty images

Depuis septembre, Colin Kaepernick, quart-arrière de talent et ex-partant des 49ers, se retrouve au chômage pour avoir utilisé sa tribune sportive pour dénoncer ce qui se passe dans certains quartiers des États-Unis. Dénonciation en déposant un genou au sol durant l’hymne national américain, je précise. Lui, un athlète avec une fortune estimée à plus de 75 millions d’euros et possédant les voitures les plus luxueuses ainsi que les maisons les plus spacieuses au monde. Ne devrait-il pas pourtant faire preuve d’égoïsme et vivre dans son propre monde comme le laisse entendre le fameux cliché de la célébrité? Aujourd’hui encore, malgré sa disparition des pelouses et de nombreuses critiques envers lui et son geste, son mouvement n’a fait que prendre en attention ces derniers jours.

Augmentation de l’attention causée notamment par le controversé président des États-Unis, Donald Trump (voir cette vidéo de la déclaration de Trump à propos du geste de Kaepernick).

Si son rêve de vouloir sortir « that son of a bitch who disrespect our flag » s’est réalisé, ses propos grossiers n’ont fait qu’augmenter l’intensité d’une rafale pour en faire un ouragan visible à l’œil nu. Car oui, le weekend dernier, ce n’était plus l’histoire d’un seul homme, mais bien de 200 athlètes de la NFL qui ont manifesté leur soutien à Kaepernick et l’égalité raciale (l’entièreté des Seahawks de Seattle et les Titans de Tennessee, ainsi que l’ensemble des joueurs des Steelers de Pittsburgh, à l'exception d'Alejandro Villanueva, ont même décidé de ne pas sortir du vestiaire). Plusieurs figures emblématiques de la NBA, telles que Stephen Curry, Lebron James, Kobe Bryant, Dwight Howard, Michael Jordan, Steve Kerr ou encore Gregg Popovich ont également dénoncé les commentaires désobligeants du chef d’État américain envers le mouvement et la tentative de division de la nation américaine. Même Adam Silver, commissaire de la NBA, est fier de ses joueurs pour leur implication activiste.

 Crédit: Journal de Montréal

Crédit: Journal de Montréal

Alors, Monsieur le Président, si décider d’exprimer notre mécontentement et dénoncer un enjeu social de manière PACIFIQUE et CALME, qui se passe à côté de NOS maisons, de NOS quartiers, dans NOS villes et sur NOTRE planète, amène à nous faire traiter de « son of a bitch », hé bien : « We are sons of a bitch and proud to be »! 

Si deux des plus grandes ligues professionnelles nord-américaines se font plus vocales, certaines, comme la LNH, se veulent cependant plus silencieuses. 

Je tiens quand même à commenter ce sujet. La LNH est sans aucun doute la ligue la plus conservatrice du Big 4. En effet, celle-ci est encore dirigée par l’ancienne mentalité hégémonique : blanche et neutre comme du marbre. Les Penguins de Pittsburgh ont d’ailleurs décidé de ne pas imiter les Golden State Warriors en acceptant l’invitation du président américain. Le mouvement du genou au sol n’a d’ailleurs toujours pas été appliqué sur la glace.  

Joel Ward, joueur des Sharks de San José, avait récemment annoncé qu’il pourrait être le premier à se jeter à l’eau avant de finalement se résigner (il a cependant écrit une magnifique lettre sur Twitter que je vous recommande de prendre le temps de lire). P.K. Subban, joueur vedette des Predators de Nashville et hockeyeur noir le plus populaire, a également annoncé qu’il ne s’agenouillera pas. Étant le joueur canadien de la LNH le plus suivi sur Twitter avec 1.03M d’abonnés, son appui aurait offert une belle opportunité de montrer un pas vers l’avant. Cependant, il a ses raisons et je peux comprendre que ce n’est pas un geste facile à faire dans l’environnement où il se trouve. 

La seule amertume que j’ai, c'est par rapport à certaines raisons énoncées par certains joueurs qui sont à l’encontre du geste : un trop grand manque de respect pour les militaires, selon l’attaquant étoile des Maples Leafs Auston Matthews, ou bien encore avoir prétendument trop de respect pour le drapeau américain, selon P.K. Subban. 

Lorsque je lis ce genre de réponses, je ne peux m’empêcher d’être sceptique et de penser : se sont-ils un minimum renseigné? 

Ne savent-ils pas qu’il y a une raison bien particulière pour laquelle Colin Kapernick a choisi de s’agenouiller au lieu de rester assis sur le banc comme il l’avait fait initialement? Celui-ci a toujours affirmé qu’il n’avait que du respect envers les soldats (il a notamment eu des discussions avec Nate Boyer, ancien militaire et joueur de la NFL, pour l’aider à comment protester correctement) et que c’est justement, par respect pour eux, qu’il a décidé de garder une jambe debout. Dans un article du Devoir, un historien explique que ce geste aux origines religieuses (de piété et de révérence devant le pouvoir) informe, dans cette situation, d’un refus de la charge sociale dans les circonstances actuelles. Étant un geste de désobéissance civile en douceur qui ne possède aucun incident sur la partie, il ne voit pas vraiment de problèmes au geste d’un citoyen engagé.

 Des officiers de la NYPD démontrant leur soutien à Kaepernick. (Crédit: The Source)

Des officiers de la NYPD démontrant leur soutien à Kaepernick. (Crédit: The Source)

Ce n’est pas le travail honorable de nos frères d’armes qu’il cherche à dégrader, mais uniquement de dénoncer des valeurs d’un hymne que l’on chante haut et fort avec engouement, mais qu’en réalité, on n’applique pas toujours aussi bien qu’il le faudrait. Ce même hymne américain qui indique : 

« Blest with victory and peace, may the heaven-rescued land ».

Célébrer avec paix alors qu’encore aujourd’hui, des personnes, peu importe leurs origines, ont encore des difficultés et cherchent à se faire entendre. Vraiment?

Ces dernières lignes m’amènent également à une prise de conscience. Cessons de nous focaliser sur le contenant du genou au sol en faisant une polémique et ouvrons nos yeux sur le véritable contenu de celui-ci : notre société a encore des faiblesses, des faiblesses où des gens souffrent à cause de celles-ci. Appuyons-nous les uns et les autres au lieu de nous diviser. Selon ma perspective, aucun drapeau, personne ou encore institution ne mérite d’être plus prisé qu’un environnement prospère et égalitaire.

Source: https://quedesports.wordpress.com/2017/09/30/sagenouiller-pour-mieux-se-relever/